L’historien(ne) et son image (2) : le point de vue de Martine Sonnet

          Les PUF sont-elles les premières éditions à mettre sur la couverture du livre la photographie de l’historien ?  Plus courante sur la quatrième de couverture, la photographie de l’historien(ne) y paraît également  plus « décontractée », en tout cas moins « académique ».  Pour preuve,  et pour rester dans le « genre » des photographies occupant la totalité de la couverture, je suis allée chercher sur un coin de mon bureau ce portrait de Hugh Thomas, au dos d’un gros volume, Cuba : the pursuit of freedom, publié en 1971 aux éditions Harper & Row.

Cet aspect des livres publiés aux Etats-Unis dans les années 1970 n’étonnera personne. Mais le côté rêveur de l’historien méritait bien qu’on l’évoque, en guise d’introduction et par contraste avec la politique éditoriale des PUF premier cycle, à laquelle Michèle et moi sommes revenues avec Martine Sonnet, le 18 avril dernier.

          Historienne des femmes à l’époque moderne, à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR CNRS/ENS), Martine Sonnet est, dans sa pratique d’historienne comme dans ses écrits plus « personnels », particulièrement perméable aux dialogues interdisciplinaires. Nous précisant d’abord son expérience de « photographiée », Martine Sonnet a ensuite répondu à nos quelques questions concernant la représentation photographique de l’historienne, sa présence et sa visibilité dans les médias, avant de nous parler de sa relation plus personnelle à la discipline. Questions donc, et réponses retranscrites[1].

***

– D’après vous, quelle est la place de l’image visuelle (photographie, télévision…) dans la professionnalisation du métier d’historienne ? Est-elle centrale ? secondaire ? problématique  ? Si les femmes apparaissent moins photographiées que les hommes, est-ce parce qu’elles sont moins nombreuses dans la profession et faut-il y voir un rapport de cause à effet, ou y a-t-il un enjeu de genre dans la représentation visuelle des historien(ne)s ?

Martine Sonnet : Elle est secondaire, elle est même marginale. Les photographies construisent plutôt la figure de l’universitaire mais elles ne donnent pas une représentation de l’historien ou de l’historienne en particulier. De fait les femmes sont moins nombreuses dans la profession. Mais c’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de représentations visuelles des historiennes. On voit Arlette Farge, Michelle Perrot,  Chantal Thomas par exemple… Aujourd’hui les images de l’historienne ou de l’historien sont liées à leur actualité de publication, relèvent de la communication autour de leurs livres. Auparavant les gens se faisaient peut-être davantage une image de l’historien qu’on voyait régulièrement à la télévision comme Alain Decaux et André Castellot qui étaient en quelque sorte les historiens officiels de la télévision.  Il y avait l’émission « Alain Decaux raconte ». Et des historiens participaient régulièrement à l’émission « Apostrophes ».

– Avez-vous choisi de diffuser votre photographie sur certains de vos livres, en particulier sur celui des PUF, ou bien était-ce une demande de l’éditeur ? Comment avez-vous réagi ?

MS : C’était une demande de l’éditeur. J’étais étonnée mais j’ai accepté. En fait tout le monde n’était pas prêt à accepter.

– Pouvez-vous nous raconter la séance de photographie à laquelle vous avez participé pour une couverture d’un volume des PUF ? Vous avez dit dans votre réponse au billet sur les PUF premier cycle que la photographe était relativement directive, d’après vous que cherchait-elle à montrer dans ce cliché ?

MS : La femme qui nous a photographiées avait son studio près du pont de Neuilly. Et oui elle était assez directive. Elle ordonnait les choses, elle faisait plusieurs essais, des positions assises, debout…Il aurait peut-être fallu mieux composer avec les deux autres auteures. On avait droit à un peu de couleur, donc j’ai mis de l’écossais. J’étais en jean en dessous, je me souviens bien, on savait que le bas n’avait pas d’importance ! (rires) La séance était assez courte et a eu lieu dans son studio. Ensuite on a passé beaucoup de temps au café le plus proche pour les photos de la quatrième de couverture. Elle voulait nous prendre en photo en train de parler, elle voulait que cela soit spontané.

Comme on était trois elle cherchait à ce que la photographie soit une composition équilibrée. Donc j’étais assise, les autres étaient debout. Elle avait un vrai souci de composition. Je pense qu’elle voulait montrer la dimension humaine du savoir ; il y avait une dimension débraillée dans ces photos, on ne nous demandait pas d’être sérieuses. D’ailleurs on pourrait se demander, en regard des autres couvertures des premiers cycles, si la discipline pour laquelle elle travaillait avait une influence sur les consignes qu’elle avait.

– Pourquoi certains éditeurs demandent-ils qu’une photo soit jointe à la publication du livre ? D’après vous, la présence d’une photographie influence-t-elle le choix de l’acheteur ? Si non, pourquoi l’éditeur demande t-il une photographie ? Par souci d’esthétisme ?

 MS : Ce n’est pas propre à l’histoire, c’est de la politique éditoriale en général.

          A ce sujet, Martine Sonnet nous avait mis de côté quelques documents propres à la politique éditoriale des PUF, nous expliquant que les éditions PUF voulaient absolument se démarquer de la collection U. Ainsi, ces couvertures permettant aux PUF de proposer une histoire « incarnée » y participaient sans doute. A titre d’exemple de la place de l’image de l’universitaire dans la politique éditoriale des PUF, voici quelques lignes du directeur, envoyées dans un courrier à Martine Sonnet daté du 17 novembre 1994 :

« Madame, j’ai le plaisir de vous annoncer qu’une vaste campagne de promotion en faveur de la collection « 1er Cycle » et de votre ouvrage « Chronologie de l’histoire de France » s’est déroulée dans 26 villes universitaires.

Du 8 au 15 novembre, nous avons distribué aux étudiants 85 000 prospectus de la collection et placardé plus d’un millier d’affiches. Celle de votre livre a été apposée sous cadre protégé dans les UFR et les bibliothèques.

En espérant contribuer ainsi à une meilleure diffusion de votre manuel (…) »

Étaient jointes à ce courrier des affiches et un exemplaire du prospectus de la collection 1er cycle.

Qui n’a pas un jour hésité, entre deux rangées de bibliothèque, entre un ouvrage collection U et un ouvrage des PUF ? Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne pouvait, en novembre 1994, passer à côté de la promotion des PUF. Et peut-être ces photographies rendaient-elles les ouvrages plus visibles, et sûrement à croiser les affiches placardées aux murs devait-on se souvenir de l’ouvrage promu…

          Mais reprenons l’interview :

– A quel moment de votre carrière d’historienne avez-vous eu à réfléchir au fait de mettre à disposition du public votre image et non pas seulement vos travaux et votre nom ?

MS : Très longtemps après l’ouvrage des PUF, quand j’ai eu un site internet, un site personnel et une page institutionnelle.  Pour le site de l’institution de rattachement,  on nous incite  à mettre notre photo. Cela dit, l’incitation n’est vraiment pas forte. Moi je vais mettre à jour ma page, mais en même temps c’est plus facile quand on maîtrise l’outil informatique. Pour les livres, maintenant  je pense que cela ne gêne plus personne de mettre sa photo sur la quatrième de couverture.

 

– Les historien(ne)s sont-ils(elles) aujourd’hui plus sollicité(e)s par les médias qu’il y a quelques années (une ou deux décennie(s)) ? Si oui, quelle(s) en serai(en)t la ou les raison(s) ?

MS : Il y a beaucoup plus de médias aujourd’hui, donc le paysage des médias a changé. Il me semble qu’en effet les historiens sont plus présents, parce que le paysage des médias a changé.

– Comment envisagez-vous votre rôle social en tant qu’historienne ?  Vous impliquez-vous auprès des médias ? Vous  écrivez régulièrement sur un blog, que pensez-vous du « décloisonnement » des historiens/nes ?

MS : En tant qu’historienne des femmes, j’ai un rôle social important et qui est lié à mon objet d’étude. Car il s’agit aussi de ramener les femmes à leur juste place…

Il n’est pas sûr que les gens qui lisent mon blog personnel sachent que je suis historienne. Mais dans le sens de l’interdisciplinarité, le décloisonnement est essentiel.

– Y-a-t-il, selon vous, des tendances parmi les historien(ne)s contemporain(e)s à s’opposer ou au contraire à privilégier la présence de l’historien(ne)  dans la sphère publique ? Quelles en seraient les raisons pour ou contre ?

MS : Je pense  qu’ils sont plutôt favorables, surtout à la radio.

– Vous avez publié deux récits littéraires, Atelier 62 en 2008 et Montparnasse monde plus récemment, et faites partie des rares historien(ne)s à pratiquer publiquement le récit historique et le récit littéraire, du moins à notre connaissance. Que pensez-vous de la faible présence apparente des historiens parmi les auteurs de récits littéraires ?

MS : Oh il y en a, mais ils peuvent écrire sous pseudonyme. A l’EHESS il y a des choses, en particulier du côté du polar !  Il faudrait mener l’enquête ! (rires)

Il y a Pierre Darmon, moderniste…

C’est le goût de la littérature qui m’a amenée à l’histoire. L’histoire, c’est ce qui me permet d’écrire. D’une certaine manière, le passage à la littérature se fait quand on s’autorise à écrire, à la première personne.

 ***

          Pour faire écho à une réponse de Martine Sonnet et conclure ce billet, j’ai cherché dans une étagère des photographies récentes de quatrième de couverture. Et de fait, y mettre sa photographie semble suffisamment accepté pour que cela donne lieu à quelque originalité, à l’instar de la photographie de Alice Kaplan, sur la quatrième de couverture de Dreaming in French, publié en 2012 et qui laisse penser à un choix de la part de l’auteure, du moins à une complicité entre photographe et auteure autour d’une mise en scène qui éloigne l’auteure des représentations traditionnelles de la discipline et suffit à incarner le nom écrit sur la couverture. Par contraste, le cliché d’Ann Laura Stoler, sur la quatrième de couverture de Along the archival grain, publié en 2009, est plus classique. L’on verra dans un prochain billet que cette mise en scène autour du miroir semble appréciée autant des photographes que de ceux qui posent :c’est que, seul face à l’objectif, comme les chercheurs sur les couvertures des PUF, l’on est bien mal à l’aise…

Laurine M.

 


[1] L’on a fait une interview avec prise de notes, sans enregistrement. J’ai retranscrit du mieux que je pouvais, en essayant de ne pas miner la dimension orale et spontanée de l’entretien.

 


2 réflexions au sujet de « L’historien(ne) et son image (2) : le point de vue de Martine Sonnet »

  1. Peut-être pourrait-on noter en astérisque, pour les lecteurs non français, l’auteur de polars de l’EHESS, puisque cela est cependant un fait notoire ? Beau billet en tout cas !

    1. Attention vous risquez fort, avec ce commentaire, d’attiser la curiosité des mastérants qui ne savent pas encore qui est cet auteur de polars qui, paraît-il, écrit sous un pseudonyme. J’avoue ne pas le connaître et Franziska Heimburger n’a pas voulu vendre la mèche ! Le feriez-vous ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *