Turquie: Hommes en noir et blanc

« La photographie est une manière de sentir, de toucher, d’aimer. Ce que vous avez saisi sur pellicule est capturé à jamais… Le souvenir de petites choses, longtemps après que vous ayez tout oublié… » dit Aaron Siskind, photographe américain connu par son célèbre travail le « Document de Harlem », pour expliquer ce qu’est la photographie et son rôle. Continuer la lecture de Turquie: Hommes en noir et blanc

La représentation des historiens au XXème siècle (partie 2)

 

Jules Tallandier a créé la revue Historia en 1909, avec en tête l’idée d’accéder « à des   révélations saisissantes ou piquantes sur des personnages du passé » par le biais de « récits d’Histoire dus aux écrivains les plus réputés ». La volonté de son créateur et de ses successeurs semble bel et bien avoir entretenu cet esprit, mais a du s’adapter à l’explosion de la télévision et des médias grand public à partir des années 1960, ainsi qu’à l’évolution de la discipline et des attentes du public. Bien que la publication soit interrompue entre 1940 et 1946, elle reprend dans la continuité de la ligne éditoriale d’avant-guerre mais le format devient petit et la numérotation repart de zéro. Pour ne plus s’arrêter jusqu’à aujourd’hui. On peut observer que des années 1960 et jusqu’aux années 1990, on fait la part belle à la substance des articles bien que la photographie s’étale de manière toujours plus imposante dans la mise en page. Le parti pris de la rédaction, qui est aussi celui d’une grande majorité des historiens du milieu de la recherche universitaire, est bien de valoriser la production scientifique. On ne trouve ainsi de traces de photos d’historiens presque uniquement à l’occasion d’articles leur étant dédiés directement (dont un certain Paul Veyne auquel nous consacrons un paragraphe un peu plus bas). La ligne éditoriale du magazine, sensée faire parler de grands historiens, suffit à donner aux articles le crédit qu’ils méritent. Cependant, jusqu’aux années 1980, les personnages qui publient dans Historia ne sont pour la plupart pas des historiens universitaires, ils viennent d’une multitude de domaines et partagent une même passion pour l’histoire.

Le nouveau millénaire consacre l’ère des médias, du numérique et la multiplication des personnalités médiatiques. Les historiens ne se cachent plus systématiquement derrière leur œuvre et leur production intellectuelle. La médiatisation change la donne et fait évoluer le système de valeurs de la production scientifique : se montrer dans les médias est un acte qui au XXIe siècle apparait comme un gage de compétence auprès du grand public, tout en ne dévalorisant plus l’historien auprès de ses pairs. Cela va de pair avec la consécration de la figure du spécialiste depuis les années 1960, au même titre que la revendication du professionnalisme dans un domaine, et on voit que le milieu des sciences sociales n’est pas épargné par ce changement de paradigme socioculturel. Le rôle de la télévision aura également été crucial, mettant en valeur des historiens comme André Castelot ou Alain Decaux qui ont fait le succès d’Historia pendant les années 1970 et 1980.

 

 OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Mais ce tournant éditorial n’est pas anodin, bien au contraire. Il accompagne le rachat de la revue Historia par François Pinault en 1999, et abandonne le petit format pour un format magazine plus actuel. La généralisation des pages en papier glace donne encore plus d’importance à la photographie, dont la qualité est largement améliorée.

Ainsi dans les revues dites de « vulgarisation » de l’histoire comme Historia (mais aussi L’Histoire, Le Figaro Histoire, partenariat Le Point Historia, etc.), les « contributeurs » et les spécialistes sont désormais valorisés personnellement. La mise en page permet cette valorisation car elle les représente le plus souvent grâce à un portrait zoomé sur le visage. Le sourire est de rigueur, la tendance est à la simplicité et parfois même à l’autodérision. Bref, à quelques exceptions près, la culture de la solennité, de l’arrière-plan saturé de « pavés » volumineux et de la veste en tweed se perd dans le milieu. Et l’historien d’être montré comme un spécimen globalement sympathique et qui, malgré les apparences, s’adapte à son époque.

 

contributeurs Historia 795 - 2013 (2)

 

L’analyse de deux numéros de février et mars 2013 confirme cela. Les portraits sont souriants voire riants, parfois sérieux évidemment (nous sommes en histoire), et regroupés côté à côté dès le sommaire dans la rubrique « Contributeurs » en bas de page. Sont mélangés sans distinction historiens universitaires, spécialistes mais également journalistes passionnés d’histoire et chercheurs d’autres disciplines pouvant ouvrir le débat autour du thème proposé. Comme le remarque très justement Diana Gomis dans la première partie de cet article, la catégorisation des photos comme étant soit un choix de son auteur, soit un choix éditorial, semble bien la seule à même d’être pertinente.

Photos d'historiens Historia 794 - 2013 (3)

Les arrière-plans ne sont pas homogènes et ne semblent obéir à aucun code particulier : on trouve des cartes géographiques, des fonds uniformes blancs ou gris, quelques livres et même plusieurs fois un jardin ou un potager. Il n’y a aucun code vestimentaire précis, bien que la plupart du temps ce critère n’entre même pas en compte puisque la photo est centrée sur le visage – du front au bas du menton. On retrouve ces portraits en haut à gauche de l’article dont ils sont l’auteur, de la même taille, mais avec une particularité surprenante et particulièrement représentative des changements qui se sont opérés depuis une quinzaine d’année dans notre société ; ils sont en effet accompagnés d’une citation de l’auteur expliquant ce qui l’a poussé à s’intéresser au sujet qu’il présente. Non seulement on montre l’historien, mais en plus on explique pourquoi il est l’homme de la situation, et lui nous explique pourquoi son sujet est intéressant ! Bienvenue dans un cycle tout à fait saisissant de promotion et de publicité mutuelles entre l’historien et le magazine où il publie, et de se poser la question : l’époque a-t-elle consumé ce qui restait de l’effacement du chercheur derrière son œuvre ?

Historia - mise en scène avant article (2)

Intéressons-nous désormais aux revues concurrentes ou partenaires d’Historia, qui partagent ce souci de vulgariser l’histoire afin d’intéresser le grand public. Dans le bimensuel Le Point Historia de mars-avril 2011, le format des photos des contributeurs est le même que dans Historia mais elles sont disposées différemment à l’intérieur du magazine. On ne les voit ainsi pas dans le sommaire mais en bas de la première page de leur article, dans la section « Repères » juste à côté d’une frise chronologique retraçant les principaux évènements du thème étudié. A noter que seuls les articles du dossier spécial auquel est consacré le numéro sont associés à leur auteur, et non les articles « réguliers ».

Le Point Historia Mars Avril 2011

Ne remarquez-vous rien ? Certaines photos du Point Historia et d’Historia, même à deux années d’intervalle, sont les mêmes. Ce qui signifie que l’image des historiens contributeurs est figée à partir de leur première apparition dans la revue, et quel que soit le nombre de leurs contributions par la suite. Autant dire qu’il vaut mieux que la photo soit bien choisie dès le départ… ce qui n’est pas toujours le cas ! D’autant que certaines photos semblent avoir été prises avec une webcam, tant la qualité de la photo est mauvaise. En parallèle de la démocratisation des sciences sociales, voici donc un bel exemple de démocratisation, voire de banalisation, des moyens de pratiquer la photographie.

 

A la création du Figaro Histoire en avril-mai 2012, son directeur de la rédaction Michel de Jaeghere affiche ses hautes ambitions pour ce nouveau concurrent des revues historiques : « Nos mots d’ordre seront la clarté, l’esthétique, la pédagogie, la curiosité pour la découverte ». Il veut « associer le sérieux d’une production scientifique à l’élégance d’une revue d’art ». De savoir s’il y est parvenu, il n’est pas question ici. Le Figaro Histoire de février-mars 2013 a fait son édito sur la mort de Jacques Heers, historien médiéviste reconnu et ancien élève de Fernand Braudel. A cette occasion, la photo de l’historien occupe le centre de la page, se laissant encercler par le texte. Le cadrage fixe le haut du corps, le coupant au milieu de la cravate. Jacques Heers pose souriant dans un jardin, décontracté et la chemise mal boutonnée. L’attention est focalisée toute entière sur cet homme auquel l’article est consacré, mais il est présenté de manière simple, bien loin de la gravité des hommes du premier XXe siècle, mais également  loin des sourires forcés que l’on constate sur les têtes d’historiens de la collection « Premier Cycle » PUF des années 1980 et 1990.

 Le Figaro Histoire fev - Jacques Heers

 

Quelques pages plus loin, c’est au tour de Paul Veyne d’être présenté dans son jardin, chemise rose ouverte, sourire en coin et lunettes de travers. Quoi de plus étonnant pour celui qui est présenté comme « l’un des plus grands historiens français de l’Antiquité romaine » ? L’humilité et la simplicité peuvent-elles être des effets de mode dans les choix de la rédaction du magazine ou sont-elles un réel choix de communication visuelle accompagnant une ligne éditoriale détaillée ? Difficile à dire. Dans le numéro 442 de septembre 1983 d’Historia, nous avons retrouvé un autre entretien avec Paul Veyne, de trente ans plus jeune. Le décalage des genres est saisissant. Le voici donc en smoking et nœud-papillon noir, avec un profil de crooner dans une photo noir et blanc, comme sublimé par le long cigare qu’il tient entre ses lèvres. Sur la page d’en face, comme une réponse, la journaliste-philosophe Paule Giron est représentée dans une photo au centre de la page sur un pied d’égalité avec l’interviewé. Du point de vue du lecteur, il est difficile de se sentir proche du Paul Veyne jeune, en particulier parce qu’il est présenté de profil, alors que la photo de Paul Veyne en 2013 est frontale et le lecteur peut plus facilement s’identifier à l’homme.

Paul Veyne av ap (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

André Kaspi

On peut voir dans un article sur le président Lincoln un portrait d’André Kaspi dont le livre sur Les présidents américains sort en parallèle du film de Steven Spielberg – « Lincoln » – qui est annoncé comme un blockbuster. Le lien ici entre critique de film, apports historiques et historiographiques et la  promotion du livre d’André Kaspi (qui ne participe en rien à la rédaction de l’article) semble assez évident. Présenté lui aussi comme « professeur émérite », sa photo est cependant plus classique, devant une bibliothèque avec un costume (certes pas en tweed) propre et net. Seule exception par rapport aux photos que l’on a pu observer jusque-là dans les magazines actuels : la pose presque frimeuse, alors qu’il s’appuie du bras sur les livres tout en restant debout. Pour un peu on pourrait même croire à de l’arrogance… Mais difficile de savoir si cet exercice de pose lui a été imposé par son éditeur, par la revue ou si c’est son choix personnel de se représenter ainsi.

 

 

 

photo (2)

 

 

Pour clore ce chapitre sur les historiens dans la presse d’aujourd’hui, il serait intéressant de sortir du cadre des revues spécialisées en histoire pour aborder le cas des journaux gratuits, considérés comme l’exemple le plus flagrant de vulgarisation de l’information. Il se trouve que le journal gratuit Metro a publié – a minima – deux interviews d’historiens spécialistes à quelques semaines d’écart entre le 31 janvier et le 14 mars 2013. Il s’agit de Serge Klarsfeld, historien et descendant de déporté juif engagé, dans un sujet sur « Le spectre du nazisme » ainsi que de Philippe Levillain, sollicité afin de commenter l’élection du pape en tant que spécialiste du Vatican.

 

photo

 

La photo comparable à celle d’une pièce d’identité ne présente en soi que peu d’intérêt. A défaut de s’étonner de leur présence dans un média gratuit généraliste, ce qui n’aurait pas été envisageable il y a encore quelques décennies, on peut s’interroger sur le format de l’interview qui est proposée. En effet, les questions sont posées sur un mode très personnel, et c’est ce qui surprend le plus : on ne demande pas le partage d’un savoir spécifique, mais explicitement l’avis de quelqu’un supposé être compétent sur le sujet. La différence est énorme, même si le résultat est le même puisque l’historien s’exprime de la même manière. Le journaliste demande l’avis de cette personne : « l’élection de ce pape vous a-t-elle surpris ? », « qu’est-ce que cela vous inspire ? » ou encore « cette montée des populismes ne vous inquiète-t-elle pas davantage ? ». Dans cette perspective, l’historien semble se muer en une sorte de consultant auquel on ferait appel dans des émissions consacrées à son domaine de spécialisation. Un peu comme les anciens joueurs de football à qui TF1, Canal+ et tant d’autres chaines ont offert une reconversion médiatique à la fin de leur carrière. Si cette tendance se confirme, les « pap’historiens » consultants de Metro auront ouvert la voie à une nouvelle forme d’activité pour les historiens, et confirmeraient leur implication loin des laboratoires de recherche…

La représentation des historiens au XXème siècle (partie 1)

Si le support iconographique par lequel émerge la figure de l’historien au XIXème  siècle est celui de la caricature, le support par excellence du XXème siècle est indubitablement celui de la photographie. La visibilité de l’historien semble néanmoins depuis le XIXème siècle opérer des flux et reflux dans l’océan médiatique que devient la presse française au cours du XXèmesiècle. A la lumière de quelques revues caractéristiques de l’effusion iconographique instaurée par l’apparition de la photographie de masse, la première moitié du XXème siècle s’avère marquée par une période d’inhibition de la figure de l’historien. Ce dernier paraît replié dans la sphère universitaire et lorsque l’occasion lui est présentée de publier ses travaux au grand public, l’historien semble s’effacer derrière ses recherches. Cette période d’inhibition laisse place au phénomène de boulimie photographique qui accompagne la décennie des années 60 sous les auspices de la société de consommation et impulse une nouvelle ère de l’image. Cette nouvelle ère de l’image affecte de façon notable les revues de vulgarisation scientifique concernant la place de l’illustration dans le développement des articles et thèses (documents iconographiques étayant les postulats).  Cependant il faut attendre la période des années 80 pour voir apparaître un phénomène de personnalisation de la discipline historique assumée par des acteurs désormais universitaires ainsi que par les éditeurs des magazines.

Partant du constat de cette évolution, force est de s’attarder dans un premier temps sur une revue qui a marqué l’histoire de la presse française par l’apport novateur de ses documents iconographiques et qui témoigne d’un certain retrait de la figure de l’historien à savoir  la revue l’Illustration devenue plus tard France Illustration.

  Continuer la lecture de La représentation des historiens au XXème siècle (partie 1)

Marc Bloch et la représentation de l’historien

Marc Bloch, médiéviste et cofondateur avec Lucien Bloch_marcFebvre des Annales, est célébré autant pour ses ouvrages historiques que sa carrière militaire. Né en 1886, ce grand historien est connu notamment pour Roi et Serfs (1920), Les Rois thaumaturges (1924), Les Caractères originaux de l’histoire rurale française (1931), La Société féodale (1939-40). Assassiné par la Gestapo en 1944 pour ses activités dans la Résistance française,  Marc Bloch est devenu une figure reconnue aux yeux du public, et une part de son travail a été publiée à titre posthume, dont notamment Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien.

 

Bien que Marc Bloch soit un historien connu, nous avons aujourd’hui relativement peu de photos de lui. Sur les ouvrages anciens, il apparaît rarement, ce qui est peut-être propre à l’époque. 9782271071484_1_75Ce d’autant plus que nous savons que Marc Bloch était d’une grande modestie, qualité indissociable au métier d’historien à ses yeux. La plupart de ses livres contiennent presque toujours le même portrait et même certaines éditions récentes de ses ouvrages classiques ne le montrent pas en photo. Cela s’explique peut-être par le fait que son nom ainsi que ses ouvrages soient déjà si connus. En revanche, il existe une tendance parallèle sur certaines éditions classiques et sur des ouvrages où son œuvre est centrale, consistant à promouvoir son portrait iconique, dont l’édition du CNRS de Mélanges historiques, par exemple, sorti en 2011, sur laquelle le portrait classique de Marc Bloch prend toute la couverture.

marc-bloch-a-life-in-historyCette image apparaît également sur la couverture du livre de sa correspondance avec Lucien Febvre, et, de manière significative, sur des biographies telles que celle de Carole Fink, sur laquelle son portrait classique est reproduit d’une manière qui évoque le drapeau tricolore. La reprise des codes du pop art, avec l’utilisation d’une même photo avec différents effets de cadrages aux couleurs de la France, n’est pas ici sans évoquer un style à la Andy Warhol, qui fut connu pour ces nombreux portraits politiques. La répétition du portrait peut également souligner la fragilité du destin de Marc Bloch. Cette représentation sert donc à promouvoir une image iconique du héros français.

 

Un autre exemple également intéressant est L’Histoire, la Guerre, la Résistance, sur lequel le portrait de Marc Blochreliure quarto retouchée 9782070775989_1_75apparait sur la tranche du livre. C’est un ouvrage notable car il unit non seulement son travail historique mais aussi ses écrits personnels de la guerre. Il est donc intéressant que les éditeurs n’aient pas choisi une photo de lui en uniforme militaire (dont nous avons des exemples), mais encore un portrait classique, très proche de sa photo la plus connue, ce qui renforce encore une image iconique de March Bloch. Le choix éditorial de regrouper ses textes, de mettre en avant son nom (d’ailleurs bien plus grand que le titre de l’ouvrage) et de le représenter sur la tranche du livre, évoque clairement que Marc Bloch, et sa vision historique sont les aspects essentiels de cet ouvrage.

 

sergent2La photographie de 1914 dans laquelle Marc Bloch, âgé de 28 ans et vêtu de son uniforme de sergent de l’infanterie française, ne nous apparaît guère comme une représentation banale de l’historien. Il est d’ailleurs peu probable que cette photographie reflète Marc Bloch tel qu’il eut souhaité se présenter à ses pairs  universitaires. Mais au fond cette représentation illustre singulièrement bien les propos du cofondateur de l’Ecole des Annales. Car pour lui l’historien est avant tout un homme de son temps. D’abord parce que sa perception du passé est modelée par sa compréhension du temps présent. Ensuite parce qu’il doit vivre pleinement son époque. Observer et comprendre ses contemporains est pour lui une nécessité :

« L’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé. Mais il n’est peut-être pas moins vain de s’épuiser à comprendre le passé, si l’on ne sait rien du présent. »[1]

Marc_Bloch_d_cor__CGEn cela l’historien, et nous dirons même le chercheur en science sociale, se différencie de celui des sciences exactes :

« Un grand mathématicien ne serait pas moins grand, je suppose, pour avoir traversé les yeux clos le monde où il vit. Mais l’érudit qui n’a pas le goût de regarder autour de lui, ni les hommes, ni les choses, ni les événements […] fera sagement de renoncer au nom d’historien. »[2]

C’est d’ailleurs par ce postulat que Marc Bloch considère l’étude du temps présent comme accessible à l’historien. Il en livrera l’exemple dans son livre L’étrange Défaite. Puis, suivant lui-même son enseignement en voulant continuer à être un homme de son temps, il est entré dans la Résistance clandestine contre l’occupation allemande. Un jour un de ses amis, Henri Pirenne, lui dit : « Si j’étais antiquaire je n’aurai d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Le 16 juin 1944, au côté d’une trentaine d’autres résistants, Marc Bloch est fusillé par la milice.

 

Aujourd’hui, par la diffusion de la technologie numérique et le développement croissant des Technologies de l’information et de la communication de ces dernières décennies qui rendent banale la photographie, les conditions matérielles modifient la représentation des individus. L’historien n’échappe pas à ce bouleversement. Or la réflexion de Marc Bloch est indispensable pour comprendre la représentation actuelle de l’historien. Car ce n’est que conscient d’être impliqué dans la marche irréversible du temps et décidé à y jouer son rôle, qu’un historien verra sa représentation se modifier en autre chose qu’une simple mise en scène personnelle ou éditoriale, afin que sa parole ai une résonnance au sein de la société, l’écho d’une reconnaissance collective. A cet égard Marc Bloch, historien et résistant, ressemble à un homme de son temps.  Mais sa pensée, elle, brille d’une lueur qui éclaire encore notre temps présent.

 

Ivan A.

Lindsay F.


[1] L’ensemble des citations sont tirées de l’Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien de Marc Bloch.

[2] Pour l’anecdote l’exemple du mathématicien qu’évoque Marc Bloch trouve une parfaite illustration dans le cas contemporain, et mit en exergue par la presse, de Grigori Perelman :

http://larussiedaujourdhui.fr/articles/2010/07/30/l_homme_qui_refuse_million_de_dollars.html

http://www.lepoint.fr/monde/le-genie-qui-s-est-retire-du-monde-30-09-2010-1246189_24.php

 

Les historiens en caricature ?

Les historiens en caricature ?

De nos jours, la représentation de l’historien ne passe pas par la caricature et une simple recherche Google sur les « historiens en caricature » donne très peu de résultats, voire aucun. Avec un peu de patience, la recherche fini par aboutir à quelques résultats de caricatures mais exclusivement du XIXème, ce qui souligne qu’il n’y a pas une absence totale d’historiens en caricatures et nous laisse ainsi deviner une certaine évolution. Nous avons donc tenté de creuser ce mystère de l’absence de caricature des historiens à l’heure actuelle en nous interrogeant à la fois sur l’histoire et la signification de la caricature en tant que genre et sur l’évolution de la place de l’historien au sein de la société.

C’est dans la préface d’un album de 1646 d’Annibal Carrache qu’a été employé pour la première fois le terme « caricatura ». Le mot vient du latin populaire, « caricare », soit charger, exagérer. Le terme apparait donc au XVIIe siècle mais la pratique de celle-ci est bien plus antérieure. Le traitement de la physionomie, déformée ou exacerbée, s’inscrivant dans la tradition de la satyre, se retrouve dans certains portraits de l’Egypte ancienne ainsi que dans certaines représentations de l’Antiquité grecque et latine. On peut aussi noter que la caricature est très présente au Moyen-âge, dans les sculptures des Eglises et dans les miniatures. Le caractère parfois schématique de la caricature vient des premières gravures faites sur bois à la fin du XIVe siècle, la rigidité du bois ne permettant pas une grande souplesse des traits.

Capturer1

La Réforme de Luther permet à la gravure de devenir un outil efficace de propagande, pouvant être facilement être insérées dans des pamphlets ou des affiches du fait de leur petite taille. L’émergence de la caricature politique est concomitante de périodes de crises. Sous l’Ancien Régime, la caricature politique figure sur des feuilles volantes souvent vendues à la pièce dans la rue sans autorisation. Au moment de la Révolution de 1789 ces caricatures se multiplient. Les journaux laissent à celles-ci une place de plus en plus grande et la caricature devient un langage politique fort.
Sous la Monarchie de Juillet, les périodiques illustrés se développent. L’importance prise par les caricaturistes et leurs dessins engendre des conflits avec le pouvoir. La censure (rétablie en septembre 1835) va être largement appliquée par l’Empire. À la libération de la presse (loi du 29 juillet 1881), la caricature va connaître sa plus forte diffusion.
Le XIXe siècle constitue ainsi l’âge d’or de la caricature en tant qu’élément fort de la pensée politique et des débats. Jusqu’à la Seconde Guerre, l’image satirique continuera de jouer un rôle essentiel dans les mobilisations populaires.
Par ses procédés plastiques, la caricature se donne donc pour but de montrer une réalité autre que celle qui est proposé. Elle se pose en rupture avec les autres représentations comme pour montrer la face cachée des personnalités publiques qu’elle montre.

Capturer2

Nous pouvons constater que l’évolution des caricatures d’historiens suit sensiblement l’évolution de la visibilité sur la scène publique de ceux-ci. En effet, le XIXème siècle correspond à la fois à cet âge d’or de la caricature et à l’engagement politique très marqué des historiens. On peut en effet penser à Jean-François Guizot ou Adolphe Thiers, qui ont joué des rôles politiques très importants. C’est à cette époque que l’on retrouve certaines caricatures d’historiens dans des journaux satiriques. En effet, Honoré Daumier, caricaturiste célèbre qui publie dans les journaux La Caricature et Charivari, caricature Jean-François Guizot assis sur un banc, l’air grave et pensif, mettant en avant le caractère assez lugubre du personnage. Les historiens célèbres Edgar Quinet, Jules Michelet et Louis Adolphe Thiers sont quant à eux caricaturés par André Gill dans des journaux satiriques des années 1860-1870 comme La Lune, L’Eclipse ou encore dans le Trombinoscope de Touchatout.

Capturer3

Ces historiens sont représentés avec une tête énorme sur un corps minuscule et avec leurs attributs comme les livres, la plume… mais les traits de leurs visages ne sont pas trop déformés, ce qui permet de les reconnaître aisément. Cela supposait donc du public de ces journaux qu’il connaisse ces historiens pour apprécier les caricatures. Il semble que cette visibilité publique de l’historien au XIXème se soit estompée au XXème et encore davantage peut-être au XXIème siècle, l’historien restant davantage dans un milieu scientifique fermé. Nous avons en effet trouvé très peu de caricatures d’historiens du XXème (excepté celle par exemple de François Furet) et quasiment aucune caricature d’historiens actuels. Lier ce recul des caricatures d’historiens à un engagement politique moins fort ou absent de ceux-ci est cependant à nuancer, dans la mesure où certains historiens se sont activement engagés comme par exemple Marc Bloch au XXème et que certains à l’heure actuelle défendent leurs idées même s’ils ne sont pas toujours écoutés par les pouvoirs publics. Il apparaît en effet, du point de vue du style de la caricature, que la représentation de personnalités politiques et scientifiques en elles-mêmes et de leurs traits caractéristiques, privilégiée tout au long du XIXème siècle, soit progressivement délaissée au profit d’une mise en scène critique d’un événement.

Capturer4

Bien que la presse française soit aujourd’hui encore très friande de caricatures et possède de grands caricaturistes, il nous faut toutefois observer une certaine évolution du style de la caricature du XIXème. Si certains caricaturés ne changent pas (le président et son gouvernement, les personnes occupant un poste hautement symbolique) il semble que l’on caricature davantage une situation, un contexte général. Ceci est étroitement lié à une évolution stylistique de la caricature. La schématisation a souvent amené à une dépersonnalisation des figures qui ne sont reconnaissables plus que par des attributs.
En outre, notre mode de consommation de l’image s’est transformé : les journaux n’ont en effet plus l’apanage de la caricature et sont moins lus par le grand public. Les images occupent aujourd’hui tous les médias. La bande dessinée par exemple, s’est réappropriée le genre. Internet a également permis une très grande diffusion d’images et on peut trouver des blogs de caricaturistes. Mais ce flot d’images ne conduit-il pas à une banalisation des images satiriques, caricaturales ? Leur impact n’est à l’évidence plus le même que dans l’explosion du XIXe siècle.

Capturer5

La caricature ne joue donc plus le même rôle qu’au départ, elle offre plutôt un divertissement quotidien qu’un véritable engagement pour le lecteur. Elle ne mobilise, ne révolte plus ou presque plus les lecteurs. Elle fait rire avant tout.

L’historien, lui, ne cherche pas à faire rire, il est sérieux. Il privilégie aujourd’hui une représentation neutre de son image qui accentue son détachement de la sphère publique. La photographie traditionnelle de l’historien à son bureau, devant une bibliothèque et portant des lunettes est devenue quasiment la norme, symbolisant le scientifique retiré dans sa tour d’ivoire au milieu de ses livres. Il est d’ailleurs amusant de voir que, même si l’historien François Ellenberger utilise une caricature pour illustrer sa biographie, celle-ci reproduit exactement la même image que la photographie traditionnelle de l’historien. De plus, cette caricature est davantage un dessin puisqu’elle n’accentue pas les traits caractéristiques du personnage.

Capturer6

Nous avons pu trouver quelques portraits dessinés de certains historiens actuels comme Pierre Nora, Mona Ozouf ou Gérard Noiriel assez surprenants mais qui ne peuvent pas vraiment être considérés comme des caricatures.

Capturer7

Les rares fois où l’historien est caricaturé aujourd’hui, il n’apparaît donc plus comme une figure singulière mais comme un archétype de sa discipline universitaire. On retrouve cette image de l’historien chez Plantu par exemple, qui dénonce aussi dans sa caricature le fait que l’historien ne soit plus écouté par les hommes politiques.

Capturer8

Nous proposons, en conclusion, de risquer à une hypothèse. Ces pistes de réflexions sur l’évolution des caricatures et de la place de l’historien dans celles-ci permettent en effet d’interroger d’une manière plus générale le rôle de l’intellectuel dans la société. Or, la figure de l’intellectuel retiré dans sa tour d’ivoire du savoir semble être aujourd’hui une attitude extrême et spécifiquement française. En effet, on trouve en Allemagne ou en Angleterre par exemple davantage de caricatures d’historiens très engagés comme par exemple celles de Jürgen Habermas ou d’Eric Hobsbawm … Ce constat d’absence de caricatures d’historiens et plus généralement d’intellectuel tendrait-il ainsi à faire ressortir le fait qu’il existe en France un retrait des intellectuels « sérieux » de la scène publique, au profit de vulgarisateurs comme BHL par exemple ?

Capturer9

 

Méghann Dehais et Sara Wlodarczyk

 

L’image du doctorant d’histoire : entre scolarité et joie de vivre

On ne naît pas historien, on le devient.  Si cela est vrai, à quoi ressemble l’historien « naissant » ?  Est-ce que l’on émule l’image traditionnelle, voire stéréotypée, de l’historien habillé en tweed et entouré d’anciens livres ?  Cherche-t-on à cultiver un air d’autorité face à la féroce compétition pour des postes et à l’idée intimidante de donner un cours magistral ?  Ou, par contre, est-ce que l’on passe par une phase « adolescente » et plutôt rebelle ?

Les photos des doctorants sur les sites web des départements d’histoire aux Etats-Unis rapportent quelques conclusions.

D’abord, par rapport aux photos il n’y a pas de forte différence parmi les universités, malgré les différences de taille, de région, et d’idéologie.  Dans les universités « Ivy League » comme Yale et Princeton ainsi que dans celles avec une réputation presque « hippie » — dont Berkeley est la plus connue mais loin d’être la seule — on trouve le même mélange d’étudiants : ceux en chemise à col boutonnée ainsi que ceux en casquette.

Voici deux doctorantes dans le département d’histoire de Yale :


Et deux étudiants de Princeton :


Néanmoins, la plupart des images restent assez traditionnelles : un portrait en chemise peu remarquable, pris devant un mur ou dans un jardin.  Mais même ces images sont frappantes à cause d’un détail commun : l’omniprésence des grandes sourires.  Plutôt qu’une expression sérieuse, les jeunes historiens se présentent plus souvent avec un regard joyeux, voire ébouillante.  Ceci est peut-être particulier aux américains, qui ont une réputation plus souriante et enthousiaste que leurs collègues européens.


Ces sourires peuvent aussi montrer un manque de formalité parmi les doctorants à cause de leur situation transitionnelle.  Ils font le pont entre « étudiant » et « professeur ».  Ils n’ont pas encore l’autorité d’un professeur et la responsabilité éventuelle qui accompagne ce poste de maintenir une image plus sérieuse.  Mais il faut également s’interroger sur l’image du professeur lui-même.  Avec la familiarité des campus américains, le professeur n’est plus vu comme une autorité distante, mais plutôt comme un mentor accueillant et engagé dans la vie des étudiants.  Cette mentalité se trouve dans les programmes de « Res Life » de plus en plus commun aux Etats-Unis où un professeur ou un doctorant habite dans la cité universitaire avec les étudiants et organise des activités quasi académiques ou même purement sociales.  Cette nouvelle idée du rôle du professeur serait encore plus évidente parmi des doctorants actuels, la plupart desquels ont eu leur License plus récemment donc ont probablement vu ces évolutions dans la vie universitaire.

Même si des doctorants ont des âges divers, leur relative jeunesse pose aussi la question : sont-ils influencés par les médias sociales ?

Ces images des étudiants de U Chicago, U Texas Austin, et Princeton ressemblent plus à des photos de profil Facebook qu’à des portraits attendus dans un cadre professionnel.  Elles reflètent la tendance de choisir soit une photo amusante, soit une photo qui l’on croit se met en valeur.


Il y a quand même des doctorants qui cherchent une image un peu stéréotypée, se posant avec des accessoires d’histoire ou devant des arrière-plans académiques.

 Mais bien plus souvent on trouve des photos de voyage.  C’est peut-être à cause du fait qu’il n’y a pas des séances photos professionnelles offertes aux doctorants comme parfois aux professeurs.  Quand on leur demande une photographe pour le site web de l’institution, en fouillant dans leur ordinateur ils trouvent le plus souvent des photos de voyage, ce qui sont plus convenables que des photos prises en soirée.


Mais peut-être que ce choix a une motivation plus significative : il montre que l’historien ne reste plus enfermé dans sa tour d’ivoire, mais qu’il utilise comme bibliothèque le monde entier.  Le choix d’éviter des livres est encore plus remarquable quand l’on regarde les photos des professeurs d’histoire dans les mêmes universités, où le professeur pose souvent devant une étagère.

Les photos des doctorants, en mettant symboliquement de la distance entre le travail de l’historien et des livres, crée un lien plus direct entre les sujets d’histoire et les chercheurs.  « L’historien est actif, » elles veulent dire.  Il voyage.  Il parle aux étrangers.  Il veut se mettre à la place des gens du passé : toucher la terre sur laquelle ils marchaient, manger leur nourriture, même porter leurs vêtements pour bien comprendre leur esprit.

Même si en réalité les doctorants passent la plupart de leur temps dans des bibliothèques ou dans des archives, leurs photos expriment une idée plus idéaliste.  Elles montrent le but principal de devenir historien, ce qui a initialement persuadé ces jeunes de poursuivre ce chemin exigeant : le désir de découvrir le monde.

 

Les « Têtes » se lancent…

Le deuxième semestre d’enseignement à l’EHESS ayant repris, le groupe d’étudiants auteurs de ce carnets a pu se mettre au travail pour rédiger en binôme des billets traitants de tous les aspects de la représentation des historiens professionnels en images.  Ils seront publiés toutes les semaines jusqu’à la fin du semestre.

Un petit travail de défrichage bibliographique nous avait montré qu’il existe certes des travaux sur la représentation des intellectuels (comme celui-ci) et d’autres sur les universitaires et leurs pages web (comme celui-là), mais à notre connaissance rien spécifiquement sur les historiens.

En attendant tous les billets, nous vous laissons avec une référence humoristique :

source : http://www.phdcomics.com/comics.php?f=1487

 

Histoires de têtes…

Ce carnet collectif des étudiants suivant un séminaire de méthodologie de la recherche en histoire à l’EHESS est un lieu de réflexion sur la représentation en photographie, peinture et sculpture des historiens professionnels. A travers une panoplie de sources (couvertures de livres, interventions dans la presse, bonus de DVDs, documentaires, sites web professionnels, profils sur les réseaux sociaux…), nous proposons une analyse de la représentation de la profession, vu par ceux qui y entrent.

Représentations imagées d'historiens