L’image du doctorant d’histoire : entre scolarité et joie de vivre

On ne naît pas historien, on le devient.  Si cela est vrai, à quoi ressemble l’historien « naissant » ?  Est-ce que l’on émule l’image traditionnelle, voire stéréotypée, de l’historien habillé en tweed et entouré d’anciens livres ?  Cherche-t-on à cultiver un air d’autorité face à la féroce compétition pour des postes et à l’idée intimidante de donner un cours magistral ?  Ou, par contre, est-ce que l’on passe par une phase « adolescente » et plutôt rebelle ?

Les photos des doctorants sur les sites web des départements d’histoire aux Etats-Unis rapportent quelques conclusions.

D’abord, par rapport aux photos il n’y a pas de forte différence parmi les universités, malgré les différences de taille, de région, et d’idéologie.  Dans les universités « Ivy League » comme Yale et Princeton ainsi que dans celles avec une réputation presque « hippie » — dont Berkeley est la plus connue mais loin d’être la seule — on trouve le même mélange d’étudiants : ceux en chemise à col boutonnée ainsi que ceux en casquette.

Voici deux doctorantes dans le département d’histoire de Yale :


Et deux étudiants de Princeton :


Néanmoins, la plupart des images restent assez traditionnelles : un portrait en chemise peu remarquable, pris devant un mur ou dans un jardin.  Mais même ces images sont frappantes à cause d’un détail commun : l’omniprésence des grandes sourires.  Plutôt qu’une expression sérieuse, les jeunes historiens se présentent plus souvent avec un regard joyeux, voire ébouillante.  Ceci est peut-être particulier aux américains, qui ont une réputation plus souriante et enthousiaste que leurs collègues européens.


Ces sourires peuvent aussi montrer un manque de formalité parmi les doctorants à cause de leur situation transitionnelle.  Ils font le pont entre « étudiant » et « professeur ».  Ils n’ont pas encore l’autorité d’un professeur et la responsabilité éventuelle qui accompagne ce poste de maintenir une image plus sérieuse.  Mais il faut également s’interroger sur l’image du professeur lui-même.  Avec la familiarité des campus américains, le professeur n’est plus vu comme une autorité distante, mais plutôt comme un mentor accueillant et engagé dans la vie des étudiants.  Cette mentalité se trouve dans les programmes de « Res Life » de plus en plus commun aux Etats-Unis où un professeur ou un doctorant habite dans la cité universitaire avec les étudiants et organise des activités quasi académiques ou même purement sociales.  Cette nouvelle idée du rôle du professeur serait encore plus évidente parmi des doctorants actuels, la plupart desquels ont eu leur License plus récemment donc ont probablement vu ces évolutions dans la vie universitaire.

Même si des doctorants ont des âges divers, leur relative jeunesse pose aussi la question : sont-ils influencés par les médias sociales ?

Ces images des étudiants de U Chicago, U Texas Austin, et Princeton ressemblent plus à des photos de profil Facebook qu’à des portraits attendus dans un cadre professionnel.  Elles reflètent la tendance de choisir soit une photo amusante, soit une photo qui l’on croit se met en valeur.


Il y a quand même des doctorants qui cherchent une image un peu stéréotypée, se posant avec des accessoires d’histoire ou devant des arrière-plans académiques.

 Mais bien plus souvent on trouve des photos de voyage.  C’est peut-être à cause du fait qu’il n’y a pas des séances photos professionnelles offertes aux doctorants comme parfois aux professeurs.  Quand on leur demande une photographe pour le site web de l’institution, en fouillant dans leur ordinateur ils trouvent le plus souvent des photos de voyage, ce qui sont plus convenables que des photos prises en soirée.


Mais peut-être que ce choix a une motivation plus significative : il montre que l’historien ne reste plus enfermé dans sa tour d’ivoire, mais qu’il utilise comme bibliothèque le monde entier.  Le choix d’éviter des livres est encore plus remarquable quand l’on regarde les photos des professeurs d’histoire dans les mêmes universités, où le professeur pose souvent devant une étagère.

Les photos des doctorants, en mettant symboliquement de la distance entre le travail de l’historien et des livres, crée un lien plus direct entre les sujets d’histoire et les chercheurs.  « L’historien est actif, » elles veulent dire.  Il voyage.  Il parle aux étrangers.  Il veut se mettre à la place des gens du passé : toucher la terre sur laquelle ils marchaient, manger leur nourriture, même porter leurs vêtements pour bien comprendre leur esprit.

Même si en réalité les doctorants passent la plupart de leur temps dans des bibliothèques ou dans des archives, leurs photos expriment une idée plus idéaliste.  Elles montrent le but principal de devenir historien, ce qui a initialement persuadé ces jeunes de poursuivre ce chemin exigeant : le désir de découvrir le monde.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *