Tous les articles par Sara Wlodarczyk

Ancienne étudiante du Master recherche franco-allemand en histoire entre l'EHESS et l'Université Karl Ruprecht d'Heidelberg. Sujet de mémoire sur "Comprendre et expliquer l'Allemagne - prises de parole de spécialistes français à la radio de 1945 au milieu des années 1960" (sous la direction de Monsieur Vincent Duclert, EHESS et le Prof. Dr. Wolfrum, Heidelberg). Prix de l'Université franco-allemande 2014. Actuellement en formation à l'ESCP Europe en Master édition.

Les historiens en caricature ?

Les historiens en caricature ?

De nos jours, la représentation de l’historien ne passe pas par la caricature et une simple recherche Google sur les « historiens en caricature » donne très peu de résultats, voire aucun. Avec un peu de patience, la recherche fini par aboutir à quelques résultats de caricatures mais exclusivement du XIXème, ce qui souligne qu’il n’y a pas une absence totale d’historiens en caricatures et nous laisse ainsi deviner une certaine évolution. Nous avons donc tenté de creuser ce mystère de l’absence de caricature des historiens à l’heure actuelle en nous interrogeant à la fois sur l’histoire et la signification de la caricature en tant que genre et sur l’évolution de la place de l’historien au sein de la société.

C’est dans la préface d’un album de 1646 d’Annibal Carrache qu’a été employé pour la première fois le terme « caricatura ». Le mot vient du latin populaire, « caricare », soit charger, exagérer. Le terme apparait donc au XVIIe siècle mais la pratique de celle-ci est bien plus antérieure. Le traitement de la physionomie, déformée ou exacerbée, s’inscrivant dans la tradition de la satyre, se retrouve dans certains portraits de l’Egypte ancienne ainsi que dans certaines représentations de l’Antiquité grecque et latine. On peut aussi noter que la caricature est très présente au Moyen-âge, dans les sculptures des Eglises et dans les miniatures. Le caractère parfois schématique de la caricature vient des premières gravures faites sur bois à la fin du XIVe siècle, la rigidité du bois ne permettant pas une grande souplesse des traits.

Capturer1

La Réforme de Luther permet à la gravure de devenir un outil efficace de propagande, pouvant être facilement être insérées dans des pamphlets ou des affiches du fait de leur petite taille. L’émergence de la caricature politique est concomitante de périodes de crises. Sous l’Ancien Régime, la caricature politique figure sur des feuilles volantes souvent vendues à la pièce dans la rue sans autorisation. Au moment de la Révolution de 1789 ces caricatures se multiplient. Les journaux laissent à celles-ci une place de plus en plus grande et la caricature devient un langage politique fort.
Sous la Monarchie de Juillet, les périodiques illustrés se développent. L’importance prise par les caricaturistes et leurs dessins engendre des conflits avec le pouvoir. La censure (rétablie en septembre 1835) va être largement appliquée par l’Empire. À la libération de la presse (loi du 29 juillet 1881), la caricature va connaître sa plus forte diffusion.
Le XIXe siècle constitue ainsi l’âge d’or de la caricature en tant qu’élément fort de la pensée politique et des débats. Jusqu’à la Seconde Guerre, l’image satirique continuera de jouer un rôle essentiel dans les mobilisations populaires.
Par ses procédés plastiques, la caricature se donne donc pour but de montrer une réalité autre que celle qui est proposé. Elle se pose en rupture avec les autres représentations comme pour montrer la face cachée des personnalités publiques qu’elle montre.

Capturer2

Nous pouvons constater que l’évolution des caricatures d’historiens suit sensiblement l’évolution de la visibilité sur la scène publique de ceux-ci. En effet, le XIXème siècle correspond à la fois à cet âge d’or de la caricature et à l’engagement politique très marqué des historiens. On peut en effet penser à Jean-François Guizot ou Adolphe Thiers, qui ont joué des rôles politiques très importants. C’est à cette époque que l’on retrouve certaines caricatures d’historiens dans des journaux satiriques. En effet, Honoré Daumier, caricaturiste célèbre qui publie dans les journaux La Caricature et Charivari, caricature Jean-François Guizot assis sur un banc, l’air grave et pensif, mettant en avant le caractère assez lugubre du personnage. Les historiens célèbres Edgar Quinet, Jules Michelet et Louis Adolphe Thiers sont quant à eux caricaturés par André Gill dans des journaux satiriques des années 1860-1870 comme La Lune, L’Eclipse ou encore dans le Trombinoscope de Touchatout.

Capturer3

Ces historiens sont représentés avec une tête énorme sur un corps minuscule et avec leurs attributs comme les livres, la plume… mais les traits de leurs visages ne sont pas trop déformés, ce qui permet de les reconnaître aisément. Cela supposait donc du public de ces journaux qu’il connaisse ces historiens pour apprécier les caricatures. Il semble que cette visibilité publique de l’historien au XIXème se soit estompée au XXème et encore davantage peut-être au XXIème siècle, l’historien restant davantage dans un milieu scientifique fermé. Nous avons en effet trouvé très peu de caricatures d’historiens du XXème (excepté celle par exemple de François Furet) et quasiment aucune caricature d’historiens actuels. Lier ce recul des caricatures d’historiens à un engagement politique moins fort ou absent de ceux-ci est cependant à nuancer, dans la mesure où certains historiens se sont activement engagés comme par exemple Marc Bloch au XXème et que certains à l’heure actuelle défendent leurs idées même s’ils ne sont pas toujours écoutés par les pouvoirs publics. Il apparaît en effet, du point de vue du style de la caricature, que la représentation de personnalités politiques et scientifiques en elles-mêmes et de leurs traits caractéristiques, privilégiée tout au long du XIXème siècle, soit progressivement délaissée au profit d’une mise en scène critique d’un événement.

Capturer4

Bien que la presse française soit aujourd’hui encore très friande de caricatures et possède de grands caricaturistes, il nous faut toutefois observer une certaine évolution du style de la caricature du XIXème. Si certains caricaturés ne changent pas (le président et son gouvernement, les personnes occupant un poste hautement symbolique) il semble que l’on caricature davantage une situation, un contexte général. Ceci est étroitement lié à une évolution stylistique de la caricature. La schématisation a souvent amené à une dépersonnalisation des figures qui ne sont reconnaissables plus que par des attributs.
En outre, notre mode de consommation de l’image s’est transformé : les journaux n’ont en effet plus l’apanage de la caricature et sont moins lus par le grand public. Les images occupent aujourd’hui tous les médias. La bande dessinée par exemple, s’est réappropriée le genre. Internet a également permis une très grande diffusion d’images et on peut trouver des blogs de caricaturistes. Mais ce flot d’images ne conduit-il pas à une banalisation des images satiriques, caricaturales ? Leur impact n’est à l’évidence plus le même que dans l’explosion du XIXe siècle.

Capturer5

La caricature ne joue donc plus le même rôle qu’au départ, elle offre plutôt un divertissement quotidien qu’un véritable engagement pour le lecteur. Elle ne mobilise, ne révolte plus ou presque plus les lecteurs. Elle fait rire avant tout.

L’historien, lui, ne cherche pas à faire rire, il est sérieux. Il privilégie aujourd’hui une représentation neutre de son image qui accentue son détachement de la sphère publique. La photographie traditionnelle de l’historien à son bureau, devant une bibliothèque et portant des lunettes est devenue quasiment la norme, symbolisant le scientifique retiré dans sa tour d’ivoire au milieu de ses livres. Il est d’ailleurs amusant de voir que, même si l’historien François Ellenberger utilise une caricature pour illustrer sa biographie, celle-ci reproduit exactement la même image que la photographie traditionnelle de l’historien. De plus, cette caricature est davantage un dessin puisqu’elle n’accentue pas les traits caractéristiques du personnage.

Capturer6

Nous avons pu trouver quelques portraits dessinés de certains historiens actuels comme Pierre Nora, Mona Ozouf ou Gérard Noiriel assez surprenants mais qui ne peuvent pas vraiment être considérés comme des caricatures.

Capturer7

Les rares fois où l’historien est caricaturé aujourd’hui, il n’apparaît donc plus comme une figure singulière mais comme un archétype de sa discipline universitaire. On retrouve cette image de l’historien chez Plantu par exemple, qui dénonce aussi dans sa caricature le fait que l’historien ne soit plus écouté par les hommes politiques.

Capturer8

Nous proposons, en conclusion, de risquer à une hypothèse. Ces pistes de réflexions sur l’évolution des caricatures et de la place de l’historien dans celles-ci permettent en effet d’interroger d’une manière plus générale le rôle de l’intellectuel dans la société. Or, la figure de l’intellectuel retiré dans sa tour d’ivoire du savoir semble être aujourd’hui une attitude extrême et spécifiquement française. En effet, on trouve en Allemagne ou en Angleterre par exemple davantage de caricatures d’historiens très engagés comme par exemple celles de Jürgen Habermas ou d’Eric Hobsbawm … Ce constat d’absence de caricatures d’historiens et plus généralement d’intellectuel tendrait-il ainsi à faire ressortir le fait qu’il existe en France un retrait des intellectuels « sérieux » de la scène publique, au profit de vulgarisateurs comme BHL par exemple ?

Capturer9

 

Méghann Dehais et Sara Wlodarczyk