PUF « Premier cycle » – Leçons de vie (ou comment nous avons appris à faire de l’archéologie en histoire contemporaine)

L’autre jour, je planchais laborieusement sur ce billet quand mon adorable petite peste de cousine est venue me harceler de questions : « Dis, tu fais quoi dans la vie? ». Après le long moment de réflexion qui chez moi suit toujours cette question, je lui répondais que j’étudiais pour devenir historien. « Ah tu veux être un monsieur qui raconte des histoires alors ! » Voyant que la situation allait dégénérer, j’essayais de préciser ma pensée, mais voilà que celle-ci me réclamait déjà une histoire avant de s’endormir. Après un long soupir de circonstance, je cherchais à toute vitesse quelle histoire je pourrais bien lui raconter. Finalement, je me rappelais que rien ne pourrait être plus efficace pour faire s’endormir une enfant de 4 ans que de l’histoire antique.

Je lui racontais donc comment, à l’approche de l’hiver, les Romains d’antan célébraient leur dieu du temps par une période de réjouissances, les Saturnales, qu’ont décrit les auteurs latins Horace[1] et Macrobe[2]. Durant ces festivités, une ancienne tradition voulait que les hiérarchies traditionnelles de type maître-esclave soient momentanément renversées. Les esclaves se faisaient servir à manger par leurs maîtres et pouvaient critiquer les défauts de ceux-ci. Bien évidemment, les normes sociales n’étaient pas abolies définitivement pour autant, et reprenaient leurs droits à la fin des Saturnales. Gare alors à l’esclave qui s’était par trop moqué de son maître !

Histoire Romaine - Textes et Documents           Sources et Méthodes en Histoire Ancienne (1)

Mais j’imagine que vous vous demandez pourquoi diable je viens vous embrouiller avec mes histoires d’égalitarisme social durant l’antiquité romaine. Et bien, en plus de me donner une amorce dont je ne suis pas peu fier, j’ai pu retirer de cet épisode pittoresque quelques enseignements utiles. En premier lieu, ma cousine a attendu moins de 5 grosses minutes pour bailler aux corneilles et s’endormir du sommeil du juste, ce qui confirme définitivement mon hypothèse sur l’histoire antique. En second lieu, cet inversement de rapport maître-esclaves pourrait être très intéressant si appliqué à un rapport d’un autre type, celui entre le professeur et ses élèves. C’est donc un billet un peu particulier que nous allons vous proposer en ce jour un peu particulier qu’est le 1er Avril.

Religions de l'Antiquité (1)

Ce carnet Hypothèse a pour ambition de réfléchir à « la représentation de la profession, vu par ceux qui y entrent » et de poser une question : « A quoi ressemble un historien ? ». Et bien, à notre humble avis, rien ne peut mieux répondre à cette question que « les Têtes » de chez PUF. Nous étendrons d’ailleurs à cette occasion notre champ de recherche à l’ensemble des lettres et sciences sociales pour mieux nous occuper du cas particulier qu’est l’histoire.

La France au Moyen-Age du Ve au XVe siècle          Philosophie Grecque (1)

En effet, le monde de l’édition se divise en deux catégories. Il y a la collection « Premier Cycle » aux Presses Universitaires de France (PUF), et le reste. C’est de cette première catégorie d’ouvrages que nous allons parler ici. La collection « Premier Cycle » (aussi appelée par certains « les Têtes »), est une collection emblématique pour toute une génération d’étudiants, à coté des autres collections PUF comme les « Que Sais-Je » et « Quadrige ». Pour la plupart édités durant la seconde moitié des années 1990, certains au début des années 2000, leurs sujets englobent le monde des lettres et des sciences sociales. Cela va de la littérature anglaise à la culture biblique, en passant par l’histoire de France. Si leur contenu est généralement de très grande qualité, vous l’aurez remarqué, les couvertures des livres de la collection « Premier Cycle » ne laissent pas indifférents, que ce soit par les poses prises, les vêtements portés ou autres détails. Mais au-delà du caractère que l’on peut juger comique ou pas de ces couvertures, d’une certaine manière elles mettent en lumière le formatage et le classicisme du milieu universitaire français.

Anthologie de la Littérature Américaine          L'Eglise et la Vie Religieuse dans la France Moderne - XVIe - XVIIIe siècle

Mais tout d’abord quelles sont nos sources, nous demanderez-vous ? Et bien, nous avons rassemblé un corpus d’une soixantaine de couvertures « Premier Cycle », et ce grâce à l’aide inestimable d’un ami qui nous a d’ailleurs grandement inspiré le sujet de ce billet.

Faisons donc là-dessus une petite étude statistique comme nous les aimons tous tant. Nous ne pouvons pas affirmer que ces 60 ouvrages constituent l’ensemble de la collection parue, mais ce sont du moins les œuvres sur lesquels nous avons pu mettre la main. Les 60 couvertures totalisent un ensemble de 114 personnes, dont 94 hommes et 20 femmes (c’est-à-dire tout de même un peu moins de 82% d’hommes pour un peu plus de 18% de femmes). Sur les 60 couvertures, 45 sont composées uniquement d’hommes (75%), 10 uniquement composées de femmes (17%) et 5 mixtes (8%) même si sur ces couvertures, le groupe est généralement à dominante masculine quand il y a plus de trois personnes.

Les livres se divisent également en couvertures « solo », présentant uniquement une figure sur la première page et de couvertures « groupe » en comportant plusieurs. Une majorité de 36 ouvrages sont solo (60%) contre 24 en groupe (40%). Sur les 36 couvertures solo, 4 présentent une femme (13%) contre 32 hommes (87%). Sur les 24 photos de groupe, 1 seule ne montre que des femmes (4%) contre 23 photos de groupe exclusivement masculines (96%).

Chronologie de l'Histoire de France          L'Europe Post-Communiste (1)

On voit donc une écrasante majorité d’auteurs masculins dans la collection, publiée on le rappelle à la fin du siècle dernier. Cette discrimination des femmes a une résonnance particulière dans l’enseignement supérieur français, même (surtout) de nos jours. Selon un communiqué daté du 28 janvier 2013, le ministère des Droits des Femmes et du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche indique : « Encore aujourd’hui, alors que les femmes sont majoritaires parmi les étudiant-e-s, leur part diminue au fur et à mesure que le niveau hiérarchique augmente pour finalement n’être qu’une minorité dans les emplois de professeurs d’université (24 %), dans les conseils centraux des universités (à peine 27% de femmes en 2010) et aux postes de direction des universités (8%) et des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (15%) ».[3]

Dans ce contexte d’inégalité qu’on ne peut tout simplement pas nier, le ratio hommes/femmes dans les ouvrages « Premier Cycle » est très illustratif de cette discrimination. S’il ne s’agit pas de pointer quiconque du doigt, on peut toujours se poser la question de l’origine de cette inégalité. Les ouvrages PUF sont écrits par des professeurs d’université qui sont chacun spécialistes de leur domaine et choisis principalement pour cette raison. Cela fait donc des collections PUF une image parfaite de la tranche haute du champ universitaire français, définitivement pas assez ouvert aux femmes.

Questions d'Esthétique (1)L'Amérique Hispanique au XXe siècleInvitation au Management

Bien que cela ne puisse pas être vérifié, ces couvertures datant des années 90 pour la plupart, il y a de fortes chances que les poses et styles vestimentaires ait été du ressort des universitaires et non du photographe. Tout jugement personnel mis à part, il semble en effet peu probable qu’un photographe soucieux du détail ait pu laisser Dominique Barjot se faire tirer le portrait pour La France au XIXe Siècle 1814-1914 avec une figure très bizarre trônant au milieu de sa cravate.

La France au XIXe siècle - 1814-1914

Une chose frappe lorsque l’on parcourt toutes ces couvertures : pour ainsi dire, aucune ne se distingue de l’autre. Rare sont les originaux qui oseront porter une chemise rouge, une cravate au motif uni ou encore le port de sa veste sur l’épaule (ils ne sont que 2) au lieu de la traditionnelle main sur le menton, le regard perdu dans les méandres du droit administratif (voyez les illustrations ci-après).

La mode de la main sous le menton :

Droit administratifMacroéconomieSociologie et EducationSciences Sociales et Sciences de la VieDémographieExercices de Linguistique

La veste sur l’épaule, décontracté:

Le Réalisme (1)          Les Lumières

Les bras croisés/mains dans les poches :

Vocabulaire Technique et Analytique de l'Epistémologie Thème Anglais - Filière Classique Littérature Française du XVIe siècle (1)

Super-Combo (bras croisés, main sous le menton):

Anthologie de la Littérature Anglaise

Les regards de biais :

La Versification          Histoire de la Construction Européenne (1]

Les photos de profil restent assez rares :

Questions de Sémiotique          Introduction à la Médiologie (1)

Pourquoi cette similarité entre toutes ces photographies, alors que celles-ci ne découlent pas d’un choix artistique, cela paraît évident, du photographe? La première réponse qui vient à l’esprit est le parcours du chercheur au sein de l’enseignement supérieur. A quelques rares exceptions près, ils sont similaires, licences ou classes préparatoires, s’en suivent une maîtrise, un DEA puis une thèse et, pourquoi pas, une Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), à l’université ou au sein de grands établissements comme les Ecoles Normales Supérieures. Rajoutons à cela les concours du CAPES et de l’Agrégation et nous obtenons le Cursus Honorum du parfait enseignant-chercheur. Tout au long de ce parcours, à l’exception des concours, le futur enseignant-chercheur doit se placer sous la tutelle d’un enseignant, afin d’effectuer ses premiers travaux de recherche. Cette tutelle, bien que se faisant de plus en plus floue au fur et à mesure que les  recherches avancent, demeure toutefois effective administrativement, si bien que la mention « Sous la direction de » apparaîtra encore longtemps dans les travaux des chercheurs novices. Sous ces nombreux aspects, les formations et carrières universitaires semblent cloisonnées, imperméables.

Histoire de la Littérature Grecque          Histoire de la Culture Américaine (1)

Nous l’avons dit, tout porte à croire que la composition des photographies soient du ressort des photographiés. De fait, il s’agit pour eux de montrer, à travers la couverture, le sérieux de l’ouvrage, de leurs parcours, et de faire de cette première de couverture un encart à leur avantage.

L'Homme en Société          Le Monde Contemporain - Grande Lignes de Partage

Là où le bât blesse, c’est que cet objectif, du moins pour les générations actuelles, n’est pas atteint. A la vue de ces couvertures, combien mettent les mains dans les poches, sont les bras croisés ou la main contre la joue ou sous le menton? Qui n’a jamais été mal à l’aise lors d’une photographie, ne sachant plus quoi faire de ses mains? C’est ici flagrant. Certains tentent le port de la veste sur l’épaule, ce qui les rend plus avenants que la majorité de leurs collègues mais au final, l’austérité prévaut. Peu de place aux sourires, à une quelconque amitié alors que les ouvrages ont, pour certains, été écrit à plusieurs. Le milieu universitaire, à travers ces chercheurs apparaît froid, distant, formaté.

La Stylistique

Au final, à quoi ressemble un historien? Si l’on se cantonne à la collection « Premier Cycle » de chez PUF, et espérons que nous serons les seuls à le faire, l’historien apparait comme majoritairement masculin, en costume ou tailleur sombre, l’air sérieux, la pose réflexive. Mais surtout comme n’ayant aucun sens de sa propre image. Il est intéressant de voir que les Presses Universitaires de France n’ont publié aucun ouvrage dans la collection « Premier Cycle » depuis maintenant plus de dix ans. Peut-être au profit d’une autre collection aux couvertures moins datées.

La France de la Revolution et l'Empire (Premier Cycle)          La France de la Revolution et l'Empire (Quadrige)

——————————————————————————————-

NdA : Un Tumblr très complet recensant les couvertures PUF « Premier Cycle » est apparu, et ce alors même que nous finissions l’écriture de ce billet. Coïncidence heureuse qui nous a permis de remplacer certaines de nos couvertures « maisons » par des photos plus nettes issue dudit site. Cela explique d’ailleurs la différence de qualité entre les couvertures, ce qui n’aura certainement pas échappé à vos yeux affûtés.

Nous en profitons d’ailleurs pour remercier les créateurs de ce site :

–  L’adresse : http://pufpremiercycle.tumblr.com/

——————————————————————————————-

PS : Comme le note à juste titre Martine Sonnet (Chronologie de l’Histoire de France), il peut être également intéressant de se pencher sur les 4e de couverture. Plus naturelles, certainement moins académiques, elles rompent avec le côté guindé affiché sur les couvertures. Elles se composaient d’un assez court texte et d’une ou plusieurs photos généralement prises en extérieur, mais pas nécessairement. Certaines sont en plan taille, la plupart en gros plan sur les auteurs de l’ouvrage.

En voici quelques unes que nous avons pu dénicher :

Chronologie de l'Histoire de France (2)Anthologie de la Littérature Hispano-Américaine du XXe siècle (2) Exercices de Latin (2)


[1] Horace, Satires, Partie II, livre 7.

[2] Macrobe, Saturnales, livre I et livre VII.

[3] Source Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid66933/la-france-pionniere-de-la-parite-a-l-universite.html

Source Ministère des Droits des Femmes : http://femmes.gouv.fr/legalite-a-luniversite-et-dans-les-grandes-ecoles-cest-maintenant/

——————————————————————————————-

Malcolm Léon-Zytnicki & Hatim Nizar


8 réflexions au sujet de « PUF « Premier cycle » – Leçons de vie (ou comment nous avons appris à faire de l’archéologie en histoire contemporaine) »

  1. Merci pour ce billet très distrayant pour l’étudiante des années 1990. A mon sens, à la limite de l’habit qui représente le costume de la profession, sans relever la surreprésentation masculine des auteurs, j’aurais tendance à penser que vous sous-estimez la part de l’éditeur dans la définition du graphisme de la collection. Or, sous prétexte de ‘rapprocher’ les auteurs, les Puf voulaient aussi maintenir l’idée (saugrenue dans les années 1960 peut-être) de l’autorité académique. Pour les lecteurs d’alors, l’idée de voir qui était l’auteur des livres, était surtout une erreur visuelle … voire éditoriale?

    1. Tant mieux si le billet vous a plu !
      Après réflexion, je pense que nous avons effectivement peut-être un peu sous-estimé le rôle de l’éditeur dans cette représentation académique du professeur en sciences humaines, surtout si l’on prend en compte le témoignage de Martine Sonnet ci-dessous (séance de pose avec une photographe assez directive, etc.).
      Ceci-dit il doit surement exister d’autres manières de concilier maintien de l’autorité et « rapprochement » entre auteurs et lecteurs, que la charte graphique utilisée pour cette collection des « Premier Cycle ».

  2. Le souvenir que je garde de la (longue) séance de pose c’est que la photographe (et non le, au moins pour le volume de la collection dont je suis co-auteure) était assez directive… Pour une étude plus fouillée, je pense qu’il faudrait aussi considérer les photos de 4e de couverture, faites au café du coin et non plus en studio, et pour lesquelles un contraste avec les clichés « académiques » de couverture était recherché.
    Enfin, le constat sur la sous-représentation des historiennes dans la collection est à rapprocher de mon article « Le territoire de l’historienne » dans le collectif « Histoires d’historiennes » dirigé par Nicole Pellegrin paru en 2006. Mon texte est sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00630540/fr/

    1. Il est très intéressant d’avoir l’avis d’une auteure d’un des ouvrages, spécialement en ce qui concerne les séances photos, pour lesquels nous n’avons effectivement que très peu d’informations. Cela a été la plus grande difficulté rencontrée lors de l’écriture de notre court billet.
      Nous avons décidé assez tôt de laisser de côté les 4e de couverture, et ce pour des raisons matérielles, car il était difficile de nous procurer assez de photos pour avoir ne serait-ce qu’une ébauche d’analyse pertinente. Toutefois, je ne pense pas que cela aurait invalidé notre conclusion : si la grande photo de couverture est d’un style très académique, les photos de 4e de couverture sont plus naturelles, mais aussi et surtout de taille bien plus modeste, et ont donc un effet moindre sur l’image du chercheur en sciences sociales. Mais il est certain que notre petite étude aurait grandement gagné en profondeur à les étudier également.
      En ce qui concerne la sous représentation des historiennes, votre article et notamment le sondage de la BAHF (Bibliographie annuelle de l’histoire de France) et du Répertoire des historiens montre clairement que même si la féminisation de la communauté historienne progresse, elle reste largement minoritaire. De plus, je trouve très intéressante l’inversion de majorité en faveur des femmes au sein du lectorat des archives départementales et communales dès que l’on se circonscrit au public étudiant. L’étude ayant été menée en 1999-2000, il serait bon de savoir si ces étudiantes ont pu se professionnaliser par la suite.

  3. Bonjour,

    Si votre étude est intéressante pour mettre en avant la certaine austérité globale des historiens (au moins dans leur représentation vis-à-vis du « grand public »), il y a quand même quelque chose qui me gêne un peu. En effet, par souci d’un nombre de sources exploitables vous prenez le parti d’envisager tous les titres des « Premier Cycle », mais à la fin vous en déduisez le portrait type de l’historien. Il y a comme un problème là, non ? Soit vous ne considérez que les titres historiques des « Premier Cycle » soit vous étendez vos conclusions (pas fausses d’ailleurs) à l’ensemble des sciences sociales. C’est comme partir du principe que du fait que tout est vrai pour l’un c’est forcément vrai pour l’autre. Ici c’est plutôt le cas, mais dans d’autres cas cela peut être différent…

    1. Bonjour ,

      Tout d’abord merci pour votre premier commentaire.

      Vous soulevez un petit problème qui en effet, mérite correction. Au départ, le travail était centré sur l’historien. Toutefois avec mon collègue, nous avons eu accès à une large collection de PUF Premier Cycle, mais pas la totalité, avec peu de couvertures d’historien(ne)s. Nous avons donc étendu les sources au champs des sciences sociales. Nous sommes à l’EHESS après tout, pourquoi se cloisonner derrière nos disciplines?

      Nous avons juste oublié d’étendre aussi cela dans notre conclusion, ayant toujours l’objectif de départ en tête, nous le modifierons sous peu.

      1. Je n’ai pas l’honneur d’être (ou d’avoir été) un étudiant de l’EHESS, uniquement un ressortissant du cursus universitaire, mais je suis complètement d’accord avec vous sur l’importance de ne pas se cloisonner dans la stricte discipline historique. Là n’est pas la question que je soulevais ici. La seule remarque que je faisais concernait la méthode. Ni plus ni moins. Il n’en demeure pas moins que dans le fond votre conclusion me semble profondément juste.
        D’ailleurs, à propos de la représentation des femmes dans le professorat du supérieur, quelles raisons invoqueriez-vous pour l’expliquer ?
        Je remercie en tout cas madame Sonnet pour son article. Je vais le lire de ce pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *