Têtes, Saison 1


Nous voici à la fin de la première saison des Têtes, ce carnet sur la représentation imagée de professionnels de l’histoire que nous avons construit au cours des derniers mois, nous qui regardons encore de loin un métier qui sera peut-être un jour le nôtre.

Nous avons écrit sur les images que les historiens et historiennes choisissent pour se représenter, à travers le cas des doctorants et leur identité online aux États-Unis (Leslie Primack) ainsi que  les photographies plus récentes de l’agence Opale (Laurine Manac’h). Nous avons analysé les images choisies par les éditeurs, notamment à travers les exemples de plusieurs revues du XXe siècle (Diana Gomis et Romain Mouradian) et de la collection PUF « 1er Cycle » (Hatim Nizar et Malcolm Léon-Zytnicki). Nous avons écrit également sur le genre de la caricature et son évolution du XIXe au XXIe siècles (Sara Wlodarczyk et Méghann Dehais); sur la représentation de l’historien Marc Bloch (Ivan Ackerer et Lindsay Fusfeld) et sur les médias audiovisuels – la télévision turque (Ahmet Burak Oztas) et trois films documentaires récents (Helena Viladàs). Nous avons aussi publié deux interviews, l’une à Pap Ndiaye (Michèle Sulny), l’autre à Martine Sonnet  (Laurine Manac’h).

Au total nous avons publié 14 billets et nous avons reçu 478 visites, la plupart depuis la France mais aussi du Canada, d’Espagne, des États-Unis, de Suisse, d’Allemagne et de Colombie, avec 946 pageviews et 18 commentaires. Nous avons ainsi reçu le retour d’historiens professionnels mais aussi de personnes extérieures à ce champ académique: si la représentation des historiens peut susciter leur intérêt, c’est aussi un moyen d’interpeller des personnes qui ne pratiquent pas cette profession. Peut-être ceci vient-il de ce que la place des historiens dans la société revient comme un questionnement constant qui sous-tend les réflexions des Têtes. Ceci va de pair avec l’interrogation sur l’invisibilité des femmes historiennes : on constate souvent leur absence et la dis-parité dans la pratique professionnelle de l’histoire.

Ces billets étaient pour nous une occasion de nous faire lire – par des inconnus, par des historiens, par des amis curieux de savoir ce que l’on fait. C’était l’occasion de s’exposer à un public plus large que la communauté scientifique, en écrivant sur des sujets qui ne relèvent pas de nos projets de recherche mais de thèmes variés, construits à partir de l’idée qui a vertébré ce carnet : les diverses représentations graphiques des historiens, que nous avons déclinées en suivant plusieurs points de vue, genres, endroits, époques et disciplines, en faisant appel à des passions et des curiosités, mais aussi à des formations et des expériences diverses que l’on continue de nourrir et de pratiquer.

L’idée initiale était d’écrire en binômes puis de se relire et de se critiquer en groupe pour ensuite publier. Nous n’y sommes pas toujours parvenus : le travail de groupe s’est avéré difficile, peut-être par manque de temps ou d’habitude. C’est peut-être cet esprit de groupe qui nous a le plus manqué. Cependant Franziska Heimburger, qui nous a embarqués dans ce projet, dit avoir appris quelque chose dans chacun des billets que nous avons publiés! Et ce n’est que la première saison des Têtes ! Il se pourrait qu’un nouveau groupe de M1 reprenne le projet en novembre: de nombreux aspects de la représentation des historiens et des historiennes que nous n’avons pas traités…

En tout cas, merci à tous ceux qui nous on lus, soutenus et répondu !

En vous souhaitant une belle rentrée,

L’équipe des Têtes, Saison 1

Avec quelques photos ne pouvaient pas manquer… 🙂


Hatim Diana Sara Michèle

Laurine0 Helen2


Helena Viladàs Ollé

Etudiante en M1 d'histoire à l'EHESS, je travaille sur les sociétés esclavagistes du Cap et la Nouvelle Orléans.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *