Des historien(ne)s dans les galeries : photographies

          Dans un précédent billet, l’entretien avec Martine Sonnet avait été l’occasion de souligner le rôle de l’éditeur dans la décision d’accompagner l’ouvrage d’histoire de la photographie de son auteur(e). Si l’éditeur souhaite aujourd’hui accompagner l’ouvrage ou l’article de journal par une photographie de l’historien(n)e, il peut recourir  au « catalogue en ligne » de l’agence Opale, dont nous avait parlé Pap Ndiaye, à Michèle et moi. Les curieux y perdront bien quelques minutes, d’autant plus que, pour pimenter la chasse aux trésors, on ne voit que les photographies de l’historien ou de l’historienne à laquelle on pense ! En me prêtant au jeu, j’ai pu y remarquer une diversité des photographies, des mises en scène, que les « photographié(e)s » étaient plus ou moins à l’aise devant l’objectif, et que loin des directives de la photographe dont nous parlait Martine Sonnet, c’est davantage des photographies relevant d’une discussion, sinon d’une complicité, entre le photographe et le(la) photographié(e), qui semble prévaloir ici. Les mises en scène restent probablement à l’initiative du photographe, mais là où la séance de photographie s’était faite dans le studio de la photographe pour Martine Sonnet et ses collègues, on trouve ici des photographies prises chez l’historien(ne). Si nombre de photographies relèvent du portrait de studio, d’autres inscrivent l’historien(ne) dans des lieux de patrimoine ou montrent une originalité à travers des jeux de mise en scène, autour d’un miroir, d’une vitre, d’un pot de fleur…

Rendez-vous, donc, ici : http://www.agence-opale.com/web/

          « I spend the majority of my waking hours reading, teaching, and writing history […] » écrit Peter Novick dans son introduction à That Noble Dream : the « objectivity question » and the American Historical Prefession, publié en 1988. Si nombre de galeries dans lesquelles j’ai flâné montrent souvent l’historien ou l’historienne devant sa traditionnelle étagère de livres, les galeries d’Emmanuel Le Roy-Ladurie ou d’Alain Corbin sont une belle illustration de cette phrase de Novick. On peut voir l’historien devant des étagères combles de livres, écrivant à son bureau, lisant à son bureau, tripotant des lunettes… A la question « que pourraient-ils faire ? » que posaient Helena dans un précédent billet, ces photographies montrent l’historien en train d’écrire, tel Emmanuel Le Roy-Ladurie dont seule la main se trouve photographiée, et de lire, à l’instar de Vincent Duclert, en train de tourner les pages d’un gros livre.  C’est l’histoire pratiquée par l’historien, le travail, le « cambouis » de l’historien, qui est représenté ici.

La majorité des photographies que l’on trouve sur le site internet montre un bureau très bien rangé. Certains diraient que ne s’empile pas sur tous les bureaux des historiens un amas désordonné de livres, papiers, post-it, journaux etc, que tous les planchers des bureaux ne sont pas faits de couches superposées de livres et de papiers, que l’on peut encore ouvrir la porte et voir un morceau de moquette. Il n’empêche que voir sur le bureau l’historien assis (Vincent Duclert, Stéphane Audoin-Rouzeau) plutôt qu’un amoncellement de papiers en tous genres, peut étonner. Mais ne trouve-t-on pas ce fameux bureau en désordre ? La galerie révèle ceux, parmi d’autres, d’Emmanuel Le Roy-Ladurie, de Pierre Goubert, très bien entouré (de livres bien sûr…), ou de Gérard Noiriel.

 Enfin, dernier élément du triptyque de Peter Novick, Gérard Noiriel se trouve également représenté devant un tableau vert, à la pause déjeuner, qui vient suggérer la pratique d’enseignement de l’historien, sans pour autant la montrer en actes, à l’instar de toutes les photographies du site ne représentant jamais l’historien dans sa pratique d’enseignement, devant des étudiants.

          L’historien n’est pas toujours représenté entouré de tous ses livres. Nombre de photographies ont lieu en extérieur et montrent une diversité de mises en scène, plus ou moins liées à la discipline. Retournons donc à la galerie d’Alain Corbin, où l’on trouve l’un des clichés témoignant le plus fortement de l’originalité de certaines mises en scène : celui de l’historien photographié devant un vieux manège qui tourne, en 1996, soit un cliché qui à première vue n’a pas grand-chose à voir avec la pratique de l’historien. C’est le cadre qui prévaut, soit ici un cadre extérieur, ensoleillé, ludique et « populaire ». (Je ne dis pas que la pratique de l’historien à son bureau, dans la poussière des archives, ou devant ses étudiants n’est pas ensoleillée ni ludique !)  En fait, la photographie du manège, aux couleurs ternies, ce vieux manège étant par ailleurs l’une des images phares du patrimoine de nos villes françaises, à l’instar du manège place Saint-Anne, à Rennes, inscrit l’historien dans un paysage historique.

Et précisément, beaucoup de photographies mettent l’historien au contact de monuments ou de lieux historiques, sur les marches de la chapelle de la Sorbonne, dans la cour d’honneur (Alain Corbin), contre une colonne corinthienne du panthéon (Gérard Noiriel), dans le cloître des Jacobins à Toulouse (Pap Ndiaye), dans le passage Verdeau à Paris (Jean-Frédéric Schaub).

Remarquons par ailleurs que le métro parisien fait partie du patrimoine historique et semble un lieu particulièrement apprécié pour ces photographies. Certes, ces lieux chargés d’histoire participent également de l’esthétique des photographies. Je n’ai pas poussé la comparaison aux universitaires en général, donc je ne sais pas si l’ancrage du sujet dans un paysage historique coïncide avec la discipline.

          Mais revenons, toujours dans la perspective de ces jeux de mise en scène, à l’espace intérieur, en passant par l’entre-deux de la photographie d’Alain Corbin, à l’intérieur d’une maison, que l’on aperçoit à travers le cadre d’une fenêtre ouverte bordée de pots de fleur, ou encore l’entre-deux de la photographie de Vincent Duclert, que l’on aperçoit à travers une fenêtre fermée.

On trouve dans l’espace intérieur nombre de mises en scène, depuis celle, sobre, en studio, à celle plus recherchée autour d’un miroir,  comme la photographie de Jean-Frédéric Schaub.

          Les photographies de François Hartog, apparemment, sont comme le disait Martine Sonnet liées à son actualité, ici non de publication proprement dite mais de carrière, puisque c’est le moment où il était temporairement chargé de la présidence de l’EHESS, en attendant l’élection du nouveau président, après la promotion de François Weil comme recteur de l’académie de Paris. Les photographies ont lieu sur le coin gauche des marches à l’entrée du France, quand on regarde le bâtiment, ou près du métro, station quai de la gare.

La surreprésentation des hommes dans ce billet pourrait en faire tiquer certains. Elle découle directement du triste constat du peu de photographies d’historiennes dans ces galeries, qu’il faut conjuguer à une recherche non exhaustive de ma part ainsi qu’à des oublis. Non seulement les femmes sont bien moins représentées dans ces galeries, mais encore les photographies sont plus anciennes (Arlette Farge, Michelle Perrot) et correspondent à l’actualité de publication, comme le supposait Martine Sonnet. C’est le cas des photographies de groupe de Michelle Perrot, Françoise Héritier, Nicole Bacharan et de Sylviane Agacinski, puisqu’elles publiaient en 2011, date des photographies, La plus belle histoire des femmes, aux éditions du Seuil. C’est le cas aussi des deux portraits d’Arlette Jouanna, pris en 2007, au moment de la publication de La Saint-Barthélemy: Les mystères d’un crime d’État (24 août 1572), aux éditions Gallimard.

groupe

jouanna

Enfin, à flâner dans quelques galeries, l’on pourrait constater que la décontraction de l’historien se mesure notamment au nombre de boutons déboutonnés de sa chemise…D’autres photos font sourire, comme un cliché de Georges Duby qui ne semble pas vouloir quitter son échelle, un autre de Vincent Duclert saisi d’une illumination. Une autre photographie fait de Jean Delumeau un ange quand celle de Patrice Bourdelais nous dit « attention élan ». Enfin c’est bien Stéphane Andoin-Rouzeau qui a le plus beau dalmatien !

 

          Mais quelles conclusions tirées d’une telle interface ? Si celle-ci répond de manière plaisante à notre curiosité pour les visages d’historiens ou d’historiennes lus ou écoutés (avouons-le, cette flânerie était amusante), les difficultés qu’elle pose à une étude qui se voudrait plus analytique font qu’on ne peut guère aller plus loin que le ton léger. Michel Deniau, dans les commentaires de ce billet, précise assez justement que ces clichés pourraient donner à voir différentes visions de l’histoire, l’une relevant d’un travail de patience, relativement solitaire, à partir d’archives et de livres, ceux-là toujours suggérés dans leur profusion à travers les étagères combles ; une autre se vivant aussi à l’extérieur des bibliothèques, une histoire que l’on contemple dans des lieux ou face à des éléments de patrimoine. J’en verrais pour ma part une troisième, non pas délimitée par les murs d’un bureau, d’une bibliothèque ou d’un centre archivistique, ni par les limites d’un site historique : ce serait une histoire plus diffuse, toujours présente dans les paysages du quotidien, qu’ils soient celui d’un vieux manège ou d’une vieille station de métro. D’autres  photographies sont de simples portraits d’hommes et de femmes et ne renvoient pas spécifiquement à la discipline qu’ils pratiquent : elles représentent moins l’historien que l’auteur d’un livre qui se trouve être un livre d’histoire et, en cela, ces portraits ne doivent pas être bien différents de ceux d’autres universitaires, lesquels ne se résument jamais à leur discipline. On pourrait dès lors élargir le questionnement : de la représentation graphique, visuelle de l’historien, interroger celle du chercheur, puisqu’une publication remarquée donne apparemment lieu à quelques photographies, et se demander si vraiment, la discipline donne lieu à une représentation particulière…

Laurine M.


5 réflexions au sujet de « Des historien(ne)s dans les galeries : photographies »

  1. Bonjour Laurine,

    Si l’article est dans l’ensemble sympathique à lire, quelques légers points me gênent un peu. Le premier tient à la forme. En effet, les photos que vous proposez sont assez petites et qui plus est, souvent, non clicables pour léger agrandissement. Je suis allé sur Opale et certes leur interface ne facilite pas les choses, mais il n’en demeure pas moins que c’est dommage.
    Sur le fond, et c’est ma deuxième remarque, je trouve regrettable qu’il n’y ait pas un peu de profondeur d’analyse. Est-ce que dans chaque cas les photos sont issues des desiderata de l’historien(ne) ou du photographe ? Est-ce que c’est la représentation de l’histoire que le photographe veut donner ou celle d’elle-même que l’historien(ne) veut donner ? Je ne doute pas que ces questions vous ont traversées l’esprit (cf. l’interview de Pap Ndiaye), mais cela transparaît mal, je trouve. Ou alors je suis peut-être profondément idiot…

    1. Bonjour Michel,

      Merci beaucoup pour votre réaction avec laquelle je suis assez d’accord, même si la dimension des images permettait de ne pas surcharger le billet et de faire en sorte que les photographies s’affichent à l’écran. Eventuellement, j’essaierai de revoir ça et de les reposter.
      Par ailleurs ce billet manque cruellement d’une recherche plus poussée auprès des photographes voire des historien(ne)s concernés. Cela aurait sans doute permis de répondre à cette question de savoir si les mises en scène relèvent de la volonté du photographe, de celle de l’historien ou des deux. Je n’ai pas eu de réponse de la part de l’agence lorsque j’ai tenté de les contacter en espérant pouvoir discuter avec des photographes. Il m’a semblé, en parcourant quelques galeries, que pouvait s’observer un « style », un univers artistique propre à un photographe et susceptible de se retrouver d’une galerie à une autre. Le problème c’est que cela reste une supposition. On peut faire une recherche par photographe, mais on n’accède pas à tous ses clichés auxquels on a cependant accès en faisant une recherche par historien. Certaines mises en scène sont, je pense, à l’initiative du photographe ; d’autres, notamment lorsque la photographie est prise chez l’historien, doivent relever, sinon d’un dialogue, du moins d’une invitation de la part de l’historien/ne, ou d’une réponse à une proposition du photographe qui donnerait le choix. Vous me direz, je ne résous pas le problème et on revient au manque de l’interview du photographe. Si un groupe reprend le carnet l’an prochain, la piste sera ouverte, à moins que je ne m’y colle et que je reprenne ce billet qui me laisse, à ce stade, un peu sur ma faim. Je n’ai pas non plus fait un recensement exhaustif de tous les historiens et historiennes présents sur ce site, parce que je ne les connais pas tous et en ai oublié certains. Les femmes y sont clairement moins nombreuses, et les photographies sont plus classiques, souvent de simples portraits (ex : Raphaëlle Branche, Arlette Jouanna évoquée) qui ne suggèrent pas la discipline. Peut-être pour faire une analyse plus fine aurait-il fallu faire une sélection des historiens et historiennes représentés, afin de comparer ensuite les galeries. Je n’ai pas fait cette sélection par âge, position dans le milieu universitaire, publications, voire lieu d’enseignement. J’ai retenu les photographies qui me permettaient d’interroger la manière dont était représenté l’historien ou l’historienne, dans quelle posture, dans quel lieu, avec quel accessoire, en négligeant peut-être d’analyser les photos…Peut-être une sélection des photographes aurait-elle pu également rendre ces galeries comparables : est-ce qu’un même photographe opte pour des mises en scène originales pour tel historien et de simples portraits pour une historienne ? Le ton n’était par ailleurs guère évident à adopter, car il se peut que les historien/nes évoqués dans ce billet ne connaissent pas l’existence de ces photographies.
      Le billet est hésitant et ne demande qu’à s’étoffer, mais je n’ai pas les éléments, à ce stade, pour répondre à la question qui du photographe ou du photographié…En revanche, il me semble que ce n’est pas la représentation de l’histoire que le photographe cherche à donner mais celle de l’historien, représenté dans un paysage qui fait écho à l’Histoire à plusieurs égards, ou bien simplement de la femme ou de l’homme qui se trouve pratiquer l’histoire mais dont la photographie ne renvoie pas spécifiquement à cette discipline. Un simple portrait comme celui d’Arlette Jouanna, de Raphaëlle Branche, ou de Bertrand Van Ruymbeke pourrait être choisi par l’éditeur pour accompagner un ouvrage : il suffit à incarner le nom de l’auteur sur la couverture et à faire de l’historien ou de l’historienne un être de chair, ce qui était notamment l’ambition des PUF en mettant les fameuses photos sur les couvertures.

      1. Je suis bien conscient que de grandes images peuvent surcharger inutilement un billet (je suis moi-même petit blogueur), mais là ce que je trouve dommage c’est que de nombreuses photos ne puissent pas être vues dans une autre fenêtre. Comme les deux dernières photos en somme.
        En ce qui concerne l’étude en elle-même, l’interface est complètement absurde ! Pas de liste des personnes photographiés ni des photographes donc je comprends la difficulté de l’étude. Pour ce qui est des femmes, doit-on lier cela avec la vision sociétale actuelle de la femme ? L’idée étant que la femme (historienne ici, mais cela peut être plus général) est nécessairement esthétisante alors que l’homme est au travail. Je suis conscient du caractère un peu manichéen d’une telle hypothèse (surtout qu’il y a une photo de femme au bureau dans l’article), mais cela peut donner une première piste de réflexion, quitte à la réfutée au final.
        Enfin, vous avez raison sur la représentation de l’historien plutôt que de l’histoire. Le bureau met en avant le travail de recherche lent et patient alors que l’extérieur tend à faire penser que l’historien est quelqu’un qui vit dans la même société que le lecteur. Toutefois, n’y a-t-il pas, malgré tout, en filigrane, des visions de l’histoire qui s’opposent à travers les clichés ? D’une côté une Histoire qui se conceptualise « dans la poussière des bibliothèques » versus une histoire qui se vit avec une contemplation des vestiges encore existant ? En cela les choix photographiques peuvent dire sur la vision de l’histoire transmises. Et ce que le choix du cliché provienne de l’historien ou du photographe.

        1. Je pense que c’est plus complexe et plus inconscient que cela de la part du photographe. Arlette Farge est représentée devant son bureau, jamais dans sa pratique d’historienne. Là où Emmanuel Le Roy-Ladurie écrit (on a comme une métonymie visuelle de l’historien écrivant l’histoire), Arlette Farge tourne le dos à son bureau, où les livres sont fermés. C’est moins parce que la femme est à elle seule esthétisante que parce que l’historien est d’abord perçu comme un homme plongé dans ses vieux livres. L’arrière-plan du carnet hypothèses ne montre que des hommes, parce que wikipedia n’avait répondu à la recherche de Franziska Heimburger que par des photographies d’historiens. C’est à la fois une conséquence directe de leur représentation moins importante dans la profession et le signe de la persistance de la représentation de l’historien comme étant d’abord un homme, souvent féru de vieux cartons et de reliures. Au temps des émissions d’histoire à la télévision, les historiens « officiels » de la télé qu’évoquait notamment Martine Sonnet étaient des hommes. Ils le sont encore. L’historienne est visuellement absente, comparativement aux hommes. Il serait presque moins regrettable de la constater nécessairement esthétisante 🙂 …
          C’est très intéressant ce que vous suggérez au sujet des visions de l’histoire que les photographies véhiculent et cela me donne bien envie d’aller creuser l’idée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *