L’Historien et son image (1): Entretien avec Pap Ndiaye

Comme tous nos cher(e)s camarades participant à ce blog, notre curiosité insatiable sur tout ce qui peut concerner le lien entre carrière académique, représentation imagée et image médiatique de l’historien(ne) nous a conduites, Laurine et moi, à partir en quête de professionnels de la discipline qui accepteraient de répondre en personne aux questions fondamentales que nous nous posons sur le sujet. Les grandes figures académiques que sont Pap Ndiaye et Martine Sonnet ont accepté, à notre grande joie, de se prêter au jeu. Nous profitons de la publication de ce post pour les remercier (à nouveau) tout deux de leur coopération bienveillante et efficace.

Pour commencer,  je vous soumets donc ci-dessous notre entretien effectué par e-mail avec Pap Ndiaye, anciennement maître de conférences en histoire à l’EHESS (et récemment à Sciences Po) et spécialiste des populations noires des États-Unis et de France :

***

D’après vous, quelle est la place de l’image dans la professionnalisation du métier d’historien ? Est-elle centrale ? Secondaire ? Problématique ? Superficielle ? [1]

Pap Ndiaye — Il faudrait s’entendre sur ce que vous appelez « image » : est-ce la représentation publique de l’historien ? Ses interventions en dehors du monde académique ? L’image médiatique ? En tout cas, pas de lien évident avec la professionnalisation, qui se fonde sur des critères universitaires et se méfie de l’image, justement.

À quel moment de votre carrière d’historien avez-vous eu à réfléchir au fait de mettre à disposition du public votre image et non pas seulement vos travaux et votre nom ?

PN — Cela se pose très vite dès lors que vous publiez un livre qui intéresse largement, et que vous acceptez d’intervenir en dehors du monde universitaire.

Avez-vous choisi de diffuser votre image sur certains de vos livres publiés ou était-ce une demande de l’éditeur ?

PN — Je suppose qu’ici vous faites référence à une photographie ? Si oui, ma réponse est que les éditeurs préfèrent mettre une photo de l’auteur, et je pense que c’est une bonne idée en général, car cela permet de donner un visage moins abstrait à l’auteur. Ils dépensent d’ailleurs de l’argent pour cela en faisant appel à un photographe professionnel, ce qui montre bien que cela a de l’importance.

D’après vous, la présence d’une photographie détermine-t-elle l’achat du livre ? Influence-t-elle le choix de l’acheteur ?

PN — Je ne connais pas d’étude précise là-dessus mais je ne pense pas que cela joue un rôle très important. Tout au plus cela permet-il éventuellement d’identifier quelqu’un (« je l’ai vu à la télé »), et de créer un effet de familiarité propice à l’acte d’achat. Comme je disais plus haut, cela personnalise le livre, en montrant qu’il y a un humain derrière. On a toujours envie de voir la tête de l’auteur, non ?

Comment envisagez-vous votre rôle social en tant qu’historien connu aux yeux du public ?

PN — Je n’entre pas dans cette catégorie, mais j’envisage en effet mon « rôle social » comme étant celui d’un historien « engagé » au sens où le travail scientifique peut contribuer, même modestement, au changement social, ou en tout cas à la préservation de certains acquis démocratiques et à l’obtention d’autres.

 

Faites-vous plus attention à vos actes et paroles lorsque vous vous trouvez dans les espaces publics maintenant que vous savez que les gens peuvent vous reconnaître/vous identifier ?

PN — Il faut toujours faire attention à ce qu’on dit, quelle que soit l’enceinte de réception. Sauf en cercle privé, un soir de match de football avec quelques verres dans le gosier.

Les historiens sont-ils aujourd’hui plus sollicités par les médias qu’il y a quelques années (une ou deux décennie(s)) ? Si oui, quelle(s) en serai(en)t la ou les raison(s) ?

PN — Je n’en suis pas sûr. Dans les années 1970, l’histoire était à la mode, Pivot invitait de nombreux historiens à « Apostrophes ».

Y a-t-il, selon vous, des tendances parmi les historiens contemporains (français ou étrangers) à s’opposer ou au contraire à privilégier la présence de l’historien et la diffusion de son image dans la sphère publique ? Quelles en seraient les raisons pour ou contre ?

PN — Je suppose qu’il y a plusieurs points de vue : celui du « savant caché » qui fuit la sphère publique (et éventuellement travaille à des questions qui n’intéressent que 50 personnes dans le monde) ; celui, intermédiaire, de l’universitaire qui accepte une présence contrôlée dans la sphère publique (c’est mon cas) ; celui, plus rare, marginal d’un point de vue universitaire (quand il/elle l’est) qui vit de la sphère publique et de la médiatisation (et qui en paie le prix du point de vue de sa réputation scientifique).

Pap Ndiaye (photographie obtenue auprès de lui soit le choix de l'historien !)
Pap Ndiaye (photographie obtenue auprès de lui soit le choix de l’historien !)

* * *

La réponse de M. Ndiaye à notre dernière question est particulièrement pertinente pour tous ceux qui aspirent à une carrière d’historien(ne). À l’heure du numérique et dans un monde où faire l’impasse sur une « e-réputation » mise en place plus ou moins malgré soi est de plus en plus difficile, il y a fort à parier que le profil du «  « savant caché » qui fuit la sphère publique » ne sera bientôt plus une option. Quand au troisième point de vue, il est inutile de préciser qu’il vaudrait mieux s’en tenir éloigné au risque de sérieusement contrarier Clio… À bon entendeur !

– Michele S.

_________________________

[1] Nous voulions bien entendu parler de l’image « visuelle » et médiatique dans cette première question, et nous aurions dû le préciser car l’utilisation du mot « image » sans plus de détails prêtait effectivement à confusion. La réponse de M. Ndiaye à la question fut en tout cas tout-à-fait satisfaisante, ceci malgré le manque de clarté de notre part !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *