Turquie: Hommes en noir et blanc

« La photographie est une manière de sentir, de toucher, d’aimer. Ce que vous avez saisi sur pellicule est capturé à jamais… Le souvenir de petites choses, longtemps après que vous ayez tout oublié… » dit Aaron Siskind, photographe américain connu par son célèbre travail le « Document de Harlem », pour expliquer ce qu’est la photographie et son rôle.

Du côté des historiens, la photographie est surtout un outil pour appuyer leur hypothèses ou donner une idée des moments passés, ou encore d’autrement dit la photographie vient illustrer le texte, à l’instar de beaucoup d’images utilisées par les historiens. Mais que faire sur eux-mêmes? Comment apparaissent-ils dans les photos, ou comment utilisent-ils leurs propres photos?

Je me souviens qu’en Turquie, sans exception, chaque école, lycée ou faculté présente leurs enseignants et universitaires sur une planche avec leurs noms et leurs photos. Mais les photos correspondent le plus souvent au début de leurs carrières. Si l’historien est vieux, il y a une blague infaillible parmi les étudiants: « la photo de X est en effet de l’histoire ».

Une telle pratique s’observe également sur internet, qui devient la nouvelle plateforme de diffusion de ces photographies. Mais, si nous regardons des sites web des universités en Turquie, nous voyons que les responsables de ces sites ou les historiens considèrent cette pratique comme une obligation administrative. La plupart des photos des historiens  appartiennent au début de leur vie professionnelle ou sont des photos d’identité détenues par l’administration de l’université.

Par exemple, une des plus anciennes facultés d’histoire de la Turquie est l’Université d’Etat d’Ankara, et des photos de professeurs de faculté dans leur site web ressemblent à ceci :

Les photos des professeurs associés ou assistants de recherche ont une approche similaire :

Cependant, ces pratiques sont différentes dans les sites web d’universités privées. Nous voyons que dans ces universités, les historiens donnent plus d’importance à leur apparence, en particulier les jeunes historiens :

Ils préfèrent aussi utiliser l’image typique des académiciens: une photo souriant devant la bibliothèque :

Selon une étude publiée par l’UNESCO en Janvier 2013, un plus petit nombre de Turcs lit régulièrement des livres que les gens dans les pays européens. La Turquie se classe 86e au monde pour la quantité de temps que ses habitants passent à lire. L’étude montre que les Turcs regardent en moyenne six heures de télévision « par jour » et surfent sur Internet trois heures « par jour », mais seulement consacrent six heures « par an » pour lire un livre. Selon mon observation personnelle, la majorité de la population en Turquie lit uniquement l’histoire officielle turque dans les écoles comme une leçon obligatoire, et seulement une petite partie de la population a un intérêt envers les publications académiques sur l’histoire. En conséquence, la population véhicule des préjugés sur l’histoire et au lieu d’accepter les réalités historiques, elle les refuse avec une hystérie nationale. Comme le montrent ces habitudes, l’opinion publique turque ne connaît que quelques historiens qui apparaissent à la télévision très souvent. En général, ils favorisent les idées nationalistes turques ou islamiques. Ces personnalités donc ont beaucoup de photos sur Internet. Quelques exemples de ces figures :

Kadir Misiroglu :

Murat Bardakci :

Ilber Ortayli :

Parmi les historiens en Turquie, il y a un seul exemple qui utilise efficacement les nouveaux médias : Selin Barlas. Cette historienne turco-américaine utilise son propre site pour partager ses articles ou toute sorte de choses qu’elle aime.

Ahmet Burak Oztas
Mai 2013 – EHESS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *