Historiens et films documentaires

Quand on pense à des historiens dans des films documentaires, la première image qui vient à l’esprit est peut-être celle d’un homme (blanc) plutôt âgé, interviewé entouré de ses livres. Cette image pourrait correspondre à celle de Paul Preston dans The Great Spanish Crash, un documentaire de la BBC sur la crise en Espagne diffusé en 2012 :

ARCE_Paul Preston

Les historiens apparaissent-ils souvent dans les films documentaires comme ici Paul Preston ? Qu’est-ce que l’image des historiens révèle de leur rôle dans ce genre cinématographique? Je voudrais baser cette réflexion sur trois exemples : The Great Spanish Crash, d’Alicia Arce ; The War You Don’t See de John Pilger, qui porte sur le rôle des médias dans les guerres d’Irak et d’Afghanistan; et Afrikaaps, un film de Dylan Valley sur l’histoire de l’Afrikaans et l’« Afrikaaps » – Kaapse, qui veut dire Le Cap, transforme Afrikaans en Afrikaaps, ou ‘l’Afrikaans du Cap’. Ce sont là trois générations de réalisateurs : John Pilger, investigative reporter consacré, il a commencé sa trajectoire dans les années 1970 ; Alicia Arce, réalisatrice et productrice reconnue, ayant plus de 20 ans d’expérience à la BBC; et Dylan Valley, jeune réalisateur sud-africain, dont Afrikaaps est le premier long-métrage documentaire après son projet de fin d’études à l’Université du Cap.

Trois générations de réalisateurs, trois sujets et trois aires géographiques différentes : trois projets qui tentent de dresser le portrait d’une situation ou d’une tendance qu’ils dénoncent, pour être à la fois injuste et largement méconnue, ignorée, ou cachée. Il s’agit de faire connaître ce qui n’a pas été dit, écouté ou entendu. Ces trois films s’appuient sur l’histoire pour expliquer la situation qu’ils décrivent : changer la façon dont on raconte et on comprend une situation devrait pouvoir en altérer la légitimité, et donc la durabilité.
Ces trois réalisateurs s’appuient sur des faits, des images d’archive et des témoignages directs, présents ou passés, ainsi sur des « experts ». On comprend que l’historien puisse s’inscrire dans cette catégorie. Dans la séquence avec Paul Preston dans The Great Spanish Crash, son appartenance à une institution universitaire prestigieuse et les livres derrière lui sont les emblèmes de son expertise et les fondements de sa légitimité. Preston, historien anglais spécialiste de l’Espagne, et particulièrement de la Guerre Civile, la dictature de Franco et la transition, apparaît ici dans un documentaire de la BBC qui retrace “the story of the rise and fall of Spain, from dictatorship to democracy, from construction boom to economic burst”. L’intervention de Paul Preston s’accompagne d’images d’archives comme celle-ci, de Franco:

ARCE_ Franco_14h27m48s169

Comparons maintenant l’image de Paul Preston à celle d’autres personnages qui apparaissent dans le film. Prenons par exemple Javier Solana, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères, ancien Haut représentant extérieur de l’Union Européenne, et ancien Secrétaire général du Conseil Européen et de l’OTAN, entre autres ; Felipe González, ancien Premier ministre espagnol, élu aux premières élections démocratiques après Franco ; ou encore Maximo Buch, actuel responsable d’économie de la Communauté autonome de Valencia – la plus frappée par les scandales de fraude et de corruption:

ARCE_Solana 1_14h38m02s162 ARCE_Felipe Gonzalez 1_14h38m53s166

 

 

 

 

 

Deux « experts en économie internationale » apparaissent également : Megan Greene et George Magnus.

ARCE_senior eco advisor UBS1_14h55m40s247 ARCE_ Megan Greene eco expert1_14h41m04s194

Il ne semble pas y avoir de différences substantielles concernant l’arrière plan ni la mise en scène de ces « experts », ni entre les leurs et ceux de l’historien. Seules quelques divergences demeurent: les drapeaux derrière Maximo Buch, homme politique en fonction au moment de l’interview, et le fait que Felipe González et Javier Solana ne portent pas de cravate… Par ailleurs, Paul Preston est le seul à être entouré de livres!

Dans The War You Don’t See, John Pilger interviewe plusieurs rédacteurs en chef de services informatifs très influents, comme ceux la BBC ou ITV News:

PILGER_Editor in Chief ITV News_23h51m47s130 PILGER_BBC head news_23h47m16s240

Il interviewe aussi de hauts responsables politiques et diplomatiques du Royaume-Uni et des États-Unis – on retrouve ici le drapeau derrière l’homme politique en fonction:

PILGER_ex foreign office_100h09m28s248 PILGER_US assist. secretary defense_00h44m18s149

Pilger reprend également un ancien interview avec celui qui fut l’Inspecteur de l’armement pour les Nations Unies entre 1991 et 1998, à l’époque des sanctions contre l’Irak :

PILGER_UN weapons inspector_23h47m35s174

Comparons ces images à celles des personnes qui apparaissent comme  « historiens » dans le film, Mark Curtis et Stuart Ewen :

PILGER_historian curtis1_23h52m12s128 PILGER_media historian_23h16m20s233_03m28

On dirait que dans The Great Spanish Crash comme dans The War You Don’t See les historiens sont en effet des hommes blancs plutôt âgés, et qu’ils sont représentés comme les autres « experts »: pour tous, la mise en scène est soignée, l’arrière-plan neutre, l’encadrement similaire; ils sont assis et s’adressent à l’intervieweur, qui est ainsi placé derrière la caméra :

PILGER_ex former office_set_00h12m35s67

Mais tous les personnages n’apparaissent pas ainsi: d’autres sont occupés à leurs besognes quotidiennes, comme préparer puis déguster leur déjeuner. Les metteurs en scène montrent alors l’action qu’ils dénoncent : dans le film d’Alicia Arce ce sont les difficultés qu’éprouvent des gens ordinaires à survenir à leurs besoins les plus élémentaires dans l’Espagne d’aujourd’hui. C’est le cas de Loli Ballester:

ARCE_loli starting tortilla ARCE_Loli cooks

Tandis qu’elle cuisine, Loli raconte qu’elle a perdu son travail, que son mari ne perçoit plus son salaire depuis des mois, et que les coûts d’inscription dans les formations professionnelles techniques ont tellement augmenté cette année que son fils aîné ne pourra peut-être pas en suivre une après son lycée, comme prévu. Dans une autre séquence du film, Loli et d’autres volontaires préparent les lots de la banque d’aliments de leur village, à laquelle 33 familles recourent régulièrement pour subsister :

ARCE_food bank prep

On voit ensuite des personnes du village qui viennent chercher leurs lots:

ARCE_food bank recipients

Dans The Great Spanish Crash, il y a très peu de séquences où de personnes non libellées comme « expertes » qui apparaissent assises et racontent leur histoire, ou bien leur point de vue sur la situation actuelle, bien qu’au cours du tournage se succèdent les interviews et les scènes où la caméra se veut invisible. C’est au cours du montage que l’on combine les deux.

On peut ainsi montrer quelqu’un dans sa vie quotidienne et y superposer sa voix, enregistrée au cours d’une interview. Or, pour les hommes politiques, les historiens et autres « experts » que l’on a vu précédemment, on tend à ne montrer que l’interview, ou bien leur voix sur des images d’archive illustrant leurs propos: ils n’apparaissent pas dans l’action (que pourraient-ils faire?).

On peut également avoir recours à la voix d’un narrateur, qui peut être le réalisateur du film, comme John Pilger pour The War You Don’t See, ou bien une personne différente: dans The Great Spanish Crash Paul Mason est le narrateur tandis qu’Alicia Arce en est la réalisatrice et la productrice du film. Elle a travaillé sur le terrain pour ensuite construire le scénario.

ARCE_Paul Mason3 ARCE_Paul Mason

Paul Mason dans The Great Spanish Crash

Dylan Valley apparaît, lui aussi, dans son film. Il se présente entouré de sa famille; dans cette image, c’est le jeune homme portant des lunettes et une chemise à carreaux:

VALLEY_Valley family

Dans Afrikaaps comme dans les films de Pilger et Arce, des experts apparaissent interviewés à leur bureau. Ici, c’est Neville Alexander, reconnu linguiste et activiste anti-apartheid, ancien prisonnier politique à Robben Island en même temps que Nelson Mandela :

VALLEY_Neville Alexander cam_19h07m13s140

Mais Neville Alexander apparaît aussi dans Afrikaaps comme ceci :

VALLEY_Neville Alexander in play_19h07m08s88

C’est qu’Afrikaaps est à la base une pièce de théâtre, dont le documentaire suit la gestation et les diverses représentations. La pièce est issue de la collaboration entre la metteur en scène Catherine Henegan, le dramaturge Aryan Kaganof et plusieurs artistes comme les MCs EmileYX? et Jitsvinger et le pianiste Kyle Shepherd, qui en est aussi le directeur musical.

Bien que beaucoup de ces artistes soient connus pour leur activisme, chacun ignorait ce qu’ils allaient apprendre sur l’histoire de leur langue. Comme dans le film de Pilger, il s’agit de dévoiler une version de l’histoire qui change tout. Rétrospectivement, Dylan Valley en parle ainsi : « Little did I know [when I started on this project] that the history I learnt in school was to be re-written ».

Selon la « master narrative », l’Afrikaans serait un mélange d’Anglais et de Néerlandais, les langues des deux puissances coloniales qui ont dominé Le Cap entre le XVIIe et le XIXe siècles. L’Afrikaans des ghettos en serait la version moins pure, résultat de son appropriation par les populations indigènes, les esclaves et leurs descendants.

Afrikaaps dévoile que les premiers textes en Afrikaans furent écrits en caractères arabes, langue importée par les esclaves, et que plusieurs personnages d’origine indigène ou immigrés forcés auraient joué un rôle central dans la mise en place de la colonie, notamment par  leurs fonctions d’interprètes et de diplomates. Ignorés par l’histoire officielle, ils sont représentés dans Afrikaaps comme ceci:

VALLEY_one of 3 early cape diplomats2_19h08m57s153 VALLEY_one of 3 early cape diplomats_19h08m04s135

L’affirmation du nationalisme Afrikaaner au XIXe siècle aurait dépouillé l’Afrikaans de tous ses mots d’origine non européenne, et l’aurait ainsi « purifié ». Il en découlerait la hiérarchie entre ‘Afrikaans « pur » et l’Afrikaans des ghettos, où le premier, considéré supérieur, a longtemps représenté la suprématie blanche en Afrique du Sud. Afrikaaps, le projet, réclame qu’on reconnaisse les origines mélangées de cette langue, que l’on abolisse les hiérarchies et qu’on « légalise » l’Afrikaaps. C’est d’ailleurs une revendication qui pourrait sans doute s’appliquer à de soit-disant versions de l’Espagnol, du Français ou de l’Anglais.

Dans le cadre d’Afrikaaps, l’historien Patrick Mellet s’insère au coeur du processus créatif. Il travaille avec la metteur en scène et les artistes dans la conception et le contenu de la pièce de théâtre. Le documentaire rend compte de ce processus :

VALLEY_Patrick Mellet at work1_9h12m12s56

VALLEY_Patrick Mellet at work_croquis_19h12m45s129
Patrick Mellet fait un croquis
VALLEY_Patrick Mellet at work spectact_19h12m51s187
Une partie de la ‘crew’ d’Afrikaaps


 

 

 

 

 

 

Une interview avec Patrick Mellet est également intégrée dans la représentation de la pièce :

VALLEY_Patrick Mellet in play__19h15m00s198

Dans le film on combine cette mise en scène avec les images des traducteurs et diplomates de la Colonie du Cap qu’il avait précédemment invoqués :

VALLEY_Patrick Mellet with character2_19h08m49s78

Pour Dylan Valley, « backing up [your argument] with historical knowledge and facts makes it more real, it gains more weight. You need to back up what you are saying, fact check and make your case ». Pour ça, Patrick Mellet était instrumental. Mais M. Mellet « is not a professional historian, though he has looked at records, read all the books ». Dans le film, il est étiqueté comme « heritage activist ». Dylan Valley le synthétise ainsi : « Patrick is a historian but not an academic historian, he’s more of an independent historian ». Pourrait-on considérer qu’il y a des historiens indépendants comme il existe des journalistes indépendants ? Qui légitime un(e) historien(ne) comme expert(e) ?

* * *

‘Officiels’ ou ‘indépendants’, la réalisation de films documentaires et le métier d’historien(ne) impliquent une relation au pouvoir en ce qu’il s’agit, dans les deux cas, de comment on raconte et on comprend l’histoire commune. Il s’agit donc de la soutenir, de la contester et la remanier. Dans ce sens, il faut remarquer que nous n’avons croisé aucune femme historienne dans les films que nous avons examiné, et que la plupart des historiens qui y apparaissent sont en effet des hommes blancs d’un certain âge.

Il y a bien sûr des différences claires entre les historiens et les réalisateurs de films documentaires, comme les supports – images animées contre paroles écrites – ou les circuits d’employabilité et de publication : distribution de films ou journaux spécialisés ; boîtes de production contre universités. Mais que des experts en histoire puissent jouer un rôle essentiel dans un projet comme Afrikaaps nous rappelle également que ce genre cinématographique peut constituer un moyen efficace de diffuser la recherche historique: pour Dylan Valley, « making a documentary is a great way of putting out the same ideas that you would in a paper, but you can reach a wider audience. You can make it entertaining, informative entertainment ».

Ça nous rappelle surtout que les journalistes indépendants, les investigative reporters, les réalisateurs de films documentaires, metteurs en scène, artistes, poètes, rappeurs, les musiciens et les historiens partagent peut-être une même volonté, une même envie de contribuer à la société, et qu’il y a là un chemin ouvert à la collaboration – par le récit, par l’investigation, le questionnement et la réflexion critique sur l’ordre social, sa légitimité; sur comment on se raconte en tant que groupe, et vers où on souhaite se diriger.

VALLEY_afrikaaps-invite THE-WAR-YOU-DONT-SEE(1)

ARCE_poster


Helena Viladàs Ollé

Etudiante en M1 d'histoire à l'EHESS, je travaille sur les sociétés esclavagistes du Cap et la Nouvelle Orléans.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *