La représentation des historiens au XXème siècle (partie 1)

Si le support iconographique par lequel émerge la figure de l’historien au XIXème  siècle est celui de la caricature, le support par excellence du XXème siècle est indubitablement celui de la photographie. La visibilité de l’historien semble néanmoins depuis le XIXème siècle opérer des flux et reflux dans l’océan médiatique que devient la presse française au cours du XXèmesiècle. A la lumière de quelques revues caractéristiques de l’effusion iconographique instaurée par l’apparition de la photographie de masse, la première moitié du XXème siècle s’avère marquée par une période d’inhibition de la figure de l’historien. Ce dernier paraît replié dans la sphère universitaire et lorsque l’occasion lui est présentée de publier ses travaux au grand public, l’historien semble s’effacer derrière ses recherches. Cette période d’inhibition laisse place au phénomène de boulimie photographique qui accompagne la décennie des années 60 sous les auspices de la société de consommation et impulse une nouvelle ère de l’image. Cette nouvelle ère de l’image affecte de façon notable les revues de vulgarisation scientifique concernant la place de l’illustration dans le développement des articles et thèses (documents iconographiques étayant les postulats).  Cependant il faut attendre la période des années 80 pour voir apparaître un phénomène de personnalisation de la discipline historique assumée par des acteurs désormais universitaires ainsi que par les éditeurs des magazines.

Partant du constat de cette évolution, force est de s’attarder dans un premier temps sur une revue qui a marqué l’histoire de la presse française par l’apport novateur de ses documents iconographiques et qui témoigne d’un certain retrait de la figure de l’historien à savoir  la revue l’Illustration devenue plus tard France Illustration.

 

L’Illustration est un hebdomadaire crée en 1843 par Jean-Baptiste Alexandre Paulin Edouard Charton et Adolphe Joanne (géographe). Vouée dans son projet initial à instruire les masses au moyen de l’illustration – support dont la lecture est accessible par tous – par le concours d’Edouard Charton, la revue est pionnière dans l’introduction de la photographie dans la presse française. En effet, le journal déclenche une petite révolution dans les feuilles de choux puisqu’il est le premier à publier une photographie en noir et blanc en 1891, puis une photographie en couleur en 1907. La revue jouit d’une grande notoriété populaire pour l’intérêt porté à des sujets divers (domaines politique, économique, social, scientifique, artistique) mais également pour la qualité de ses illustrations et photographies. Ainsi, est-il intéressant d’analyser une des rares photographies d’un historien qui nous est donnée à voir dans cette revue.

La revue du 24 janvier 1948 contient un dossier consacré aux fouilles archéologiques du Vieux-Port de Marseille opérées depuis 1943 suite aux destructions des troupes d’occupation allemandes qui ont rasé la majeure partie du quartier. Ce dossier est rédigé par Fernand Benoit, un historien et archéologue spécialisé dans les fouilles de Provence.  Fernand Benoit est depuis 1943 conservateur au musée Borély de Marseille et participe aux fouilles, lesquelles permettront d’étudier la stratigraphie du Lacydon.

A la fin du dossier figure une photographie de l’historien symptomatique de l’effacement de celui-ci au profit de ses découvertes archéologiques. En effet, malgré la dimension de la photographie qui occupe en longueur près des deux tiers de la page (la photographie occupe en volume le même espace qu’une colonne), le corps de l’historien occupe pour sa part moins de la moitié de l’image. Celui-ci est littéralement retranché derrière les boîtes empilées de ses trouvailles.

Fernand Benoit

Ici se conjugue au retranchement du photographié derrière ses objets, l’attitude d’un historien en action (la légende au-dessus de la photo se contente de commenter l’attitude de Fernand Benoit aux dépens d’une présentation de l’historien : « M. Fernand Benoit étudie des fragments de poteries romaines du Ier siècle av. J-C qu’il vient de découvrir ». Avis aux amateurs antiquisants tenus en haleine par la publication des résultats et désireux d’en savoir plus sur le chercheur…trop curieux s’abstenir!

Aussi serait-il intéressant de savoir si le photographe a chargé l’historien de se mettre en scène le temps d’une prise ou si ce dernier a été éternisé dans la routine d’un travail mené avec attention.

Il ne serait pas absurde d’opter pour la première hypothèse ce qui nous interroge sur l’auteur de cette mise en scène, est-ce le photographe ou l’historien? Peu importe si le reporter de presse a orchestré en digne représentant d’un imaginaire collectif la posture de l’historien ou si ce dernier s’est représenté dans une position retirée de la médiatisation de la discipline. Ce qui est notoire ici c’est que l’historien ne franchit pas encore la barrière sacrée de son savoir pour poser au premier plan.

Cette composition photographique reflète avec une acuité surprenante la tendance qui semble dominer alors dans la sphère académique quant au positionnement de l’historien à l’égard de ses travaux. La découverte historique d’abord ! Le reste importe peu !

Ce retranchement des historiens dans la sphère académique en cette première moitié du XXème siècle résulte probablement d’un processus d’autonomisation de la discipline qui jusque là interagissait avec la sphère politique. Ce processus d’autonomisation conscient ou non a pour conséquence l’absence d’une visibilité médiatique, une visibilité permise au XIXème siècle grâce aux interférences entre le milieu politique et le milieu académique de la discipline (en témoigne durant ce siècle la notoriété d’un Guizot, d’un Quinet ou d’un Michelet avec pour pendant une surreprésentation exprimée par la caricature). En effet, les historiens médiatiques du XIXème ne doivent–ils pas leur visibilité à leur implication dans la vie politique française ?

Les années 60 voient apparaître un phénomène d’intégration forcée dans la civilisation de l’image concernant les revues de vulgarisation scientifique telles que Historia et  Miroir de l’Histoire. Nombreuses sont les photographies qui accompagnent les articles :

Djibouti

Extrait de la revue Miroir de l’Histoire – Novembre 1968.

La politique éditoriale de ces revues semble vouloir démocratiser la discipline en mettant l’accent sur des articles originaux – la revue Historia de janvier 1960 place en couverture une illustration du roi Haïtien Henri Christophe et consacre un dossier important sur cet esclave qui devint roi- et en multipliant des articles contemporains (cf : Historia juillet 1969 : couverture de Mao sur laquelle est inscrite la question « Qui est Mao ? »). Cependant malgré la prolifération des illustrations et des photographies qui enrichissent les articles, rares sont les photographies d’historiens.

Aussi faut-il ajouter en regard des contributeurs de ces revues que la grande majorité d’entre eux réunit des hommes de lettres, des hommes politiques, des intellectuels autrement dit des érudits mais…non des universitaires.

Jacques Bourgeat

Jacques Bourgeat dans la revue Miroir de l’Histoire – juillet 1961 : Cet érudit –écrivain agrégé de philosophie et auteur d’ouvrages historiques sur Napoléon Bonaparte ainsi que Pierre Proudhon -participe à la construction d’une représentation classique de l’historien par sa posture légèrement surfaite : devant une bibliothèque, prêt à se replonger dans ses lectures).

Pour citer un exemple, dans la revue Miroir de l’Histoire de juillet 1961, seul un contributeur, Adrien Dansette, semble être reconnu comme un historien académique.

Force est de constater que le cap dans la presse et l’univers médiatique – dans un sens large – n’est pas vraiment franchi par les universitaires.

La fin de la décennie 70 est marquée par l’apparition d’une nouvelle revue d’histoire dont les fondateurs ont un pied dans « l’académie » : la revue L’Histoire. La revue est créée en 1978 par Michel Winock et Michel Choldkiewicz. Son comité de rédaction est composé en grande majorité d’universitaires. La revue semble marquer une étape importante dans l’évolution de la représentation des historiens. D’une part, notons que son ancrage universitaire ne laisse pas indifférent dans le basculement de l’historien académique retranché dans son monde universitaire à l’historien ouvert au monde qui accepte volontiers de présenter ses travaux au « commun des mortels ». D’autre part, la revue évolue avec son temps et offre aux lecteurs la possibilité de s’intéresser aux travaux d’un universitaire de manière plus approfondie en présentant les thèses de ce dernier, le tout accompagné d’une photographie. Le processus de personnalisation des acteurs de la discipline est donc enclenché. Ce processus de personnalisation est certainement en lien avec un nouveau contexte où l’historien est sollicité dans le débat public qui anime la période des années 80 (l’immigration et la médiatisation de Pierre Chaunu, la Révolution française qui met au devant de la scène les différentes écoles historiographiques).

La revue Histoire offre donc au lecteur la possibilité de voir qui se cache derrière les travaux historiques. La majorité des photos est au format timbre poste, les grands formats sont mobilisés pour les dossiers principaux. La découpe de la photographie en petit format comme en grand format (cf rubrique « Actualité Portrait ») est ramassée autour de la tête ou au mieux d’une partie du buste du modèle, de sorte que les photographies produisent une frontalité  permanente avec le lecteur.

Sylvain Venayre John Scheid             

Sylvain Venayre, extrait de la revue Histoire – John Scheid, extrait de la revue Histoire 

Janvier 2013 (dans « Actualité Portrait »)        Octobre 2012 (dans « Actualité Portrait »)

Eric Hobsbawm                                Yann Rivière                        Pierre Gervais

Eric J. Hobsbawm                           Yann Rivière                                  Pierre Gervais

Histoire : 01/13                               Histoire : 04/13                            Histoire : 10/12

Dans « guide classique »                dans « guide classique »              dans « recherche »

Pauline Peretz                  Pierre Stutin

Pauline Peretz                                 Pierre Stutin

Histoire : 10/12                              Histoire : 10/12

dans « recherche »                         dans « recherche »

Il faut d’abord tenir compte du paramètre éditorial. En effet, la place des photos d’historiens est minorée au profit de leurs thèses ou publications ce qui semble évident pour une revue de ce type, il ne s’agit pas d’une revue de mode.

Néanmoins, à la lumière des revues, nous pouvons supposer à bon droit que les photographies s’inscrivent comme des adaptations aux codes de l’époque mais avec une certaine pudeur qui semble se traduire par les images de la façon suivante : l’historien(ne) doit être représenté(e)- on doit pouvoir reconnaître son visage mais le corps n’a pas sa place au coté de l’article. La tête suffit. N’est-elle pas le réceptacle de la pensée ? N’y a-t-il pas là une certaine représentation platonicienne de l’historien ?

En cultivant la frontalité des portraits qui semblent parfois effacer les singularités des auteurs, l’image des historiens est secondaire dans ces revues.

Est-ce une façon d’épargner les historiens d’un hypothétique jugement réducteur des lecteurs dans une société où l’enveloppe physique détermine en partie le regard que l’on porte sur autrui ?

Ces photographies semblent illustrer en dernière analyse l’aboutissement de l’affirmation de l’historien comme personne visible, accessible, qui légitimise sa valorisation individuelle à travers son activité scientifique.

Diana GOMIS


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *