Marc Bloch et la représentation de l’historien

Marc Bloch, médiéviste et cofondateur avec Lucien Bloch_marcFebvre des Annales, est célébré autant pour ses ouvrages historiques que sa carrière militaire. Né en 1886, ce grand historien est connu notamment pour Roi et Serfs (1920), Les Rois thaumaturges (1924), Les Caractères originaux de l’histoire rurale française (1931), La Société féodale (1939-40). Assassiné par la Gestapo en 1944 pour ses activités dans la Résistance française,  Marc Bloch est devenu une figure reconnue aux yeux du public, et une part de son travail a été publiée à titre posthume, dont notamment Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien.

 

Bien que Marc Bloch soit un historien connu, nous avons aujourd’hui relativement peu de photos de lui. Sur les ouvrages anciens, il apparaît rarement, ce qui est peut-être propre à l’époque. 9782271071484_1_75Ce d’autant plus que nous savons que Marc Bloch était d’une grande modestie, qualité indissociable au métier d’historien à ses yeux. La plupart de ses livres contiennent presque toujours le même portrait et même certaines éditions récentes de ses ouvrages classiques ne le montrent pas en photo. Cela s’explique peut-être par le fait que son nom ainsi que ses ouvrages soient déjà si connus. En revanche, il existe une tendance parallèle sur certaines éditions classiques et sur des ouvrages où son œuvre est centrale, consistant à promouvoir son portrait iconique, dont l’édition du CNRS de Mélanges historiques, par exemple, sorti en 2011, sur laquelle le portrait classique de Marc Bloch prend toute la couverture.

marc-bloch-a-life-in-historyCette image apparaît également sur la couverture du livre de sa correspondance avec Lucien Febvre, et, de manière significative, sur des biographies telles que celle de Carole Fink, sur laquelle son portrait classique est reproduit d’une manière qui évoque le drapeau tricolore. La reprise des codes du pop art, avec l’utilisation d’une même photo avec différents effets de cadrages aux couleurs de la France, n’est pas ici sans évoquer un style à la Andy Warhol, qui fut connu pour ces nombreux portraits politiques. La répétition du portrait peut également souligner la fragilité du destin de Marc Bloch. Cette représentation sert donc à promouvoir une image iconique du héros français.

 

Un autre exemple également intéressant est L’Histoire, la Guerre, la Résistance, sur lequel le portrait de Marc Blochreliure quarto retouchée 9782070775989_1_75apparait sur la tranche du livre. C’est un ouvrage notable car il unit non seulement son travail historique mais aussi ses écrits personnels de la guerre. Il est donc intéressant que les éditeurs n’aient pas choisi une photo de lui en uniforme militaire (dont nous avons des exemples), mais encore un portrait classique, très proche de sa photo la plus connue, ce qui renforce encore une image iconique de March Bloch. Le choix éditorial de regrouper ses textes, de mettre en avant son nom (d’ailleurs bien plus grand que le titre de l’ouvrage) et de le représenter sur la tranche du livre, évoque clairement que Marc Bloch, et sa vision historique sont les aspects essentiels de cet ouvrage.

 

sergent2La photographie de 1914 dans laquelle Marc Bloch, âgé de 28 ans et vêtu de son uniforme de sergent de l’infanterie française, ne nous apparaît guère comme une représentation banale de l’historien. Il est d’ailleurs peu probable que cette photographie reflète Marc Bloch tel qu’il eut souhaité se présenter à ses pairs  universitaires. Mais au fond cette représentation illustre singulièrement bien les propos du cofondateur de l’Ecole des Annales. Car pour lui l’historien est avant tout un homme de son temps. D’abord parce que sa perception du passé est modelée par sa compréhension du temps présent. Ensuite parce qu’il doit vivre pleinement son époque. Observer et comprendre ses contemporains est pour lui une nécessité :

« L’incompréhension du présent naît fatalement de l’ignorance du passé. Mais il n’est peut-être pas moins vain de s’épuiser à comprendre le passé, si l’on ne sait rien du présent. »[1]

Marc_Bloch_d_cor__CGEn cela l’historien, et nous dirons même le chercheur en science sociale, se différencie de celui des sciences exactes :

« Un grand mathématicien ne serait pas moins grand, je suppose, pour avoir traversé les yeux clos le monde où il vit. Mais l’érudit qui n’a pas le goût de regarder autour de lui, ni les hommes, ni les choses, ni les événements […] fera sagement de renoncer au nom d’historien. »[2]

C’est d’ailleurs par ce postulat que Marc Bloch considère l’étude du temps présent comme accessible à l’historien. Il en livrera l’exemple dans son livre L’étrange Défaite. Puis, suivant lui-même son enseignement en voulant continuer à être un homme de son temps, il est entré dans la Résistance clandestine contre l’occupation allemande. Un jour un de ses amis, Henri Pirenne, lui dit : « Si j’étais antiquaire je n’aurai d’yeux que pour les vieilles choses. Mais je suis historien. C’est pourquoi j’aime la vie. » Le 16 juin 1944, au côté d’une trentaine d’autres résistants, Marc Bloch est fusillé par la milice.

 

Aujourd’hui, par la diffusion de la technologie numérique et le développement croissant des Technologies de l’information et de la communication de ces dernières décennies qui rendent banale la photographie, les conditions matérielles modifient la représentation des individus. L’historien n’échappe pas à ce bouleversement. Or la réflexion de Marc Bloch est indispensable pour comprendre la représentation actuelle de l’historien. Car ce n’est que conscient d’être impliqué dans la marche irréversible du temps et décidé à y jouer son rôle, qu’un historien verra sa représentation se modifier en autre chose qu’une simple mise en scène personnelle ou éditoriale, afin que sa parole ai une résonnance au sein de la société, l’écho d’une reconnaissance collective. A cet égard Marc Bloch, historien et résistant, ressemble à un homme de son temps.  Mais sa pensée, elle, brille d’une lueur qui éclaire encore notre temps présent.

 

Ivan A.

Lindsay F.


[1] L’ensemble des citations sont tirées de l’Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien de Marc Bloch.

[2] Pour l’anecdote l’exemple du mathématicien qu’évoque Marc Bloch trouve une parfaite illustration dans le cas contemporain, et mit en exergue par la presse, de Grigori Perelman :

http://larussiedaujourdhui.fr/articles/2010/07/30/l_homme_qui_refuse_million_de_dollars.html

http://www.lepoint.fr/monde/le-genie-qui-s-est-retire-du-monde-30-09-2010-1246189_24.php

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *